Eazy Islam

pratique et pacifique, tel qu’il est … naturellement

Archive pour novembre, 2007

L’art du savoir être

Posté : 30 novembre, 2007 @ 4:44 dans Non classé | Pas de commentaires »

Ecrit par Abuhaamed Al Idrissi

  

L’ART DU SAVOIR ETRE

 

Très visiblement, l’être humain est une créature qui n’est pas comme les autres. J’ai bien dit créature, car tout le monde le voit naître, grandir et mourir, comme tout être vivant d’ailleurs. Et l’une des règles d’or de cet art du bien être, est justement le fait de reconnaître qu’on est ainsi, c’est même la principale règle sur laquelle repose toutes les autres.

     Etre vivant, créature :

 Nous allons bien considérer qu’on est placé dans le cadre général le plus commun du monde. L’homme auquel on s’adresse est un homme tout a fait simple, pas le philosophe mordu, ni le poète sensible, ni le génie des génies; un homme qui sait qu’il a des sens, et qui décide de les utiliser.

On va lui demander de voir avec ses yeux, et d’observer avec son cerveau; d’entendre avec ses oreilles et d’écouter avec son cerveau. Le premier stade d’utilisation de ses deux principaux sens, va suffire dans beaucoup de cas, pour assurer un bien être convenable.

Constat de faits :

Il est assez facile de constater que ce monde dans lequel nous vivons, comporte des êtres vivants et des êtres non vivants. Et il est aussi facile de constater, que les êtres vivants ne se créent pas d’eux-mêmes, ils sont crées purement et simplement. Et ce qui nous intéresse en premier lieu, c’est ce constat de fait uniquement, sans se préoccuper de l’origine de ces créatures.

Cette très belle créature qu’est l’homme, est dotée d’une qualité suprême, qualité particulière, qui en fait le maître de ce monde : à savoir l’intelligence. En effet le cerveau reçoit l’information du milieu extérieur, à travers la vue, l’ouie, et les autres sens, la traite et en en fait un bon usage, afin d’améliorer son bien-être. Et le long de ce fameux trajet, qu’est l’histoire humaine, l’homme a bâti sa civilisation. Mais combien il y a eu pendant ce parcours de dérives, qui ont entraîné des catastrophes, qui lui ont valu des millions de morts, et des années de régression.

Problème assez important : les dérives :

On n’est pas à l’abri d’erreurs, quand on use de cette intelligence, si on n’est pas guidé, conseillé, voire même dirigé. En effet l’homme peut très bien étudier, réfléchir sur des problèmes qui se posent à lui, dans sa vie quotidienne, leur trouver des solutions adéquates même, mais il est incapable de prédire ce qui va lui arriver dans les instants à venir, et c’est ça qui lui vaut des fausses prédictions qui peuvent être des catastrophes pour son avenir sur cette terre. Pour éviter cela, il a besoin d’être guidé dans ces recherches par des plus savants, et faute de ne pas les trouver, il procède à des comparaisons avec des recherches précédentes, quitte même à utiliser des espions s’il le faut. Il pense avec ça minimiser les risques d’erreurs, ce qui est vrai en plus, mais jamais il pense qu’il est à l’abri total de ces dernières. Et quand on sait que ces erreurs peuvent être tellement graves, à tel point de causer des dégâts irréparables, on comprend jusqu’à quel niveau il est intéressant de viser juste, afin de ne pas tomber dans les dérives.

Solution du problème :

Pour bien répondre à ce grand besoin, il faut savoir que l’homme ne prend une décision qu’après grande réflexion. Il se base pour ça sur une stratégie étudiée, et applique donc ses règles, pou arriver à une prédiction vraisemblable. Si les résultas concordent le plus souvent avec la stratégie mise en œuvre, il est bien évident que si l’on veut éviter les dérives, il faut bien que ces stratégies soient justes, et exemptes de failles. Et pour ce faire il lui faut bien une source d’information externe, sûre et certaine. Cette source doit être omnisciente et omniprésente.

Donnons un exemple, à ce stade de l’étude, afin de bien consolider les idées : la civilisation occidentale est arrivée très tôt à échéance, pour la simple raison qu’elle a confondue deux entités distinctes : l’homme et la femme, ce qui lui a valu une destruction totale de la cellule familiale, cellule de base dans l’édification d’une nation. Ils ont voulu donner à la femme le droit qu’ils lui ont volée, mais ils l’ont détruite, elle et l’homme avec. Ils ont formé une nation malheureuse, une nation de mères célibataires, qui vont inonder le monde de délinquants et de détraqués mentaux.

Sur ce simple exemple, on peut voir l’ampleur de la catastrophe que peut entraîner une erreur banale, comme celle de l’égalité de l’homme et de la femme. Et ce qui est assez bizarre dans cette affaire, c’est qu’on ne comprends pas pourquoi l’homme veut-il se prendre pour référence, et égaler la femme à lui, alors que l’inverse aurait été aussi plausible.

Quoi qu’il en soit, on voit bien que c’est un faux problème, et que dans toute cette affaire l’homme est resté orgueilleux, et continue à exploiter la femme sur tous les plans, et en même temps jouer le héros, en se prenant pour son défenseur le plus dévoué. Mais on se demande bien après tout de qui va-t-il défendre cette bonne femme ? Ce n’est pas lui qui la viole, qui la sous-paie pour un travail égal, qui se sépare d’elle et lui laisse deux ou trois enfants à charge, pour aller refaire sa vie avec une autre victime, plus belle et plus jeune ? De qui va-t-il la libérer ? Ce n’est pas de lui qu’elle doit l’être en premier ? Et l’on voit bien comment cette bonne femme a été manipulée par l’homme, pour en faire un objet décor, ni plus ni moins, qui doit lui plaire pour trouver sa place dans cette jungle d’hommes loups. Et pour boucler la boucle, il a instauré le régime de la mode, auquel elle doit se plier et dépenser tout ce qu’il lui donne, cet homme assez généreux d’ailleurs, pour être à la page, et vivre son temps. Et non seulement il s’est arrêté à ce niveau là, mais il lui fait faire double travail, un travail à l’extérieur, soit disant égal à celui de l’homme, et un travail à l’intérieur de la maison, si ce n’est la cuisine et tout ce qui s’y rattache, c’est la grossesse et tout ce qui s’en suit, tel que l’avortement par exemple, dans le cas ou le Monsieur ne juge pas bon de faire des enfants avec ce type de femmes.

L’homme, créature qui pense :

Distinct de toutes les autres créatures, l’homme se caractérise le plus par la pensée, qui en a fait le maître absolu sur elles toutes. Mais malheureusement il n’a pas su profiter à plein de cette faculté, par contre il en a fait mauvais usage, en perfectionnant les méthodes de suicide, les armes nucléaires, et la pollution de la nature, tant sur les plans aussi bien physique que moral, à tel point qu’il est devenu étranger à cette nature, et qu’il ne peut plus supporter la vie sur cette terre.

Cette fameuse pensée est donc un outil à double tranchant, et il faut bien savoir l’utiliser. C’est ainsi que se distinguent donc de la masse, les hommes penseurs qui dirigent la nation : tels que les savants, les poètes et les écrivains. Mais ces gens là, malgré qu’ils essayent d’utiliser à bon escient cette faculté, ils ne sont pas néanmoins à l’abri du risque d’erreurs, tant qu’ils ne se basent pas sur une référence absolue.

Limites de la faculté de penser, limites des sens :

L’homme est doté de sens pour interagir avec le milieu extérieur naturel, avant et après la naissance. Si tous ses sens ne fonctionnent pas tous avant sa naissance, il en aura grand besoin après. En effet il aura à reconnaître son environnement, sa température, son espace-temps, ses sons, ses images, etc…. Il commencera à apprendre à reconnaître les voix de ses parents, leurs visages, avant de commencer à apprendre leur langage; et si par hasard, il naît dépourvu de vue et d’ouie, il ne saura ni parler ni s’exprimer, preuve comme quoi l’homme ne peut traiter par son cerveau que les données qui lui rentrent par ses sens, en particulier la vue et l’ouie. Les sens ont donc des limites : de 20 Hz à 20 kHz pour l’ouie, et de 0.4 micron à 0.8 micron pour la vue, et ces deux petits domaines sont ridicules comparés au spectres audible et visible connus jusqu’en ce moment par les scientifiques. Les autres sens sont aussi limités, tant sur le plan de la sensibilité, que sur le plan de l’étendue.

Vu les limites de ces sens, l’homme ne peut en aucun cas, prétendre utiliser son cerveau, plus précisément sa faculté de penser, pour aller au-delà des limites de combinaison et de déduction, qui constituent le raisonnement logique. En particulier l’homme est incapable, strictement incapable, de déterminer avec exactitude, le sexe de quelqu’un qui frappe à la porte, sans qu’il soit informé au préalable de ça. Il lui est strictement impossible de traverser la porte par son esprit, et de dire si la personne qui tape à la porte, est un homme ou une femme. Il peut bien deviner, et c’est seulement ça qu’il peut faire, et il ne peut pas aller au-delà, ce qui montre qu’il est très limité en possibilités dans ce sens là. Il lui est bien possible de faire des suppositions, des hypothèses, etc., pour arriver à une déduction, partant de données ou mesures prises au préalable, mais en aucun cas il ne peut aller au-delà. Et pour bien comprendre cette notion de limites, donnons un autre exemple, et supposons que l’on demande au plus grand savant du monde, l’age de quelqu’un dont il ne connaît que le nom; il lui est strictement impossible de dire son age de façon certaine et juste. Et si même tous les bureaux de recherche du monde entier se mettent la main dans la main, pour arriver à ce nombre compris entre 0 et 200, ils n’en seraient pas capables, et il leur est impossible de répondre à cette question.

Catastrophes dues à la réflexion de l’homme :

 Quand l’homme occidental a pris la relève de l’évolution, au détriment de la civilisation musulmane, il a commencé par fonder son chemin indépendamment des directives de l’église, et on a assisté en un peu moins d’un quart de siècle, à deux guerres mondiales, qui ont fait des dizaines de millions de morts, et beaucoup plus d’handicapés et de mutilés de guerre. On assisté a effondrement catastrophique de toutes les valeurs humaines, sur tous les plans :

Sur le plan social :

Après la deuxième guerre mondiale, la femme, vu le nombre géant d’hommes qui sont partis, s’est trouvée devant le fait qu’elle doit nourrir ses orphelins, faute d’infrastructures sociales adaptées, et par conséquent se lancer dans les bras de suceurs de sang, que sont les patrons d’autrefois. Ceci a entraîné la cassure de la cellule familiale, qui est la base du tissu social, pour la bonne raison que la mère s’est vue jouer les rôles de la maman et du père, sans en avoir les moyens, ni en temps ni en argent. La femme a été obligé de défendre ses intérêts, contre cet homme qu’est le patron, qui a été assez malin d’ailleurs, pour continuer à exploiter et la femme et l’homme, lequel homme n’était autre chose que cet ouvrier opprimé lui aussi, et pour des raisons peut être différentes, mais opprimé quand même, en déplaçant le problème de la bataille de la femme contre le patron, à la bataille de la femme contre l’homme tout court. Et le plus curieux, c’est que ni l’homme ni la femme ne se sont aperçus de la ruse, et continuent à se battre, pour soit disant avoir leurs droits l’un de l’autre, alors que personne d’entre eux n’en a la possession.

Droits de la femme :

La femme en occident s’est bien trouvée devant cet état de faits, et elle est obligée de l’affronter, parce que c’est une question de vie ou de mort, et pour elle, et pour ses orphelins. Ceci n’est pas le cas de beaucoup d’autres femmes dans le monde, et en particulier du monde musulman, qui pour lui, le problème n’est pas du tout posé, et on verra par la suite comment il a été transporté artificiellement à la femme musulmane.

Quand on regarde de plus près ce fameux slogan, on voit qu’il se comporte de deux mots clés : droits et femme, lesquels mots sont assez courants et bien connus, mais la question qui se pose, c’est : qu’est ce qu’ils ont ces droits de la femme ? La réponse évidente qui vient à l’esprit, c’est que ces droits sont soit bafoués, et par conséquent il faut trouver par qui ? Ou bien lui ont été volés, et par qui ? Ou bien qu’ils n’existent pas du tout, et qu’il faut les créer. La controverse de la question sous-entend que c’est l’homme qui les lui a volé, bafoué ou fait disparaître, et que par conséquent lui, n’a pas ce problème de droits, et que tout est réglé par lui, pour lui. Mais tout le monde sait, et à commencer par la femme elle même, que l’homme est aussi exploité, au même titre que la femme sinon plus, et par le même personnage, à savoir le patron. Si on comprend bien ça, on saura résoudre, et le problème de la femme, et celui de l’homme, et rebâtir cette confiance mutuelle perdue, et qu’exploite ce patron pour frapper l’un par l’autre, et reformer cette complémentarité entre ces deux parties d’un même système, et redonner à la vie son vrai sens, en lui redonnant son vrai droit que cette machine industrielle lui a volé, à savoir l’homme, qui était soit le père, soit le frère, soit le mari, et ceci par la création de guerres mondiales, lorsque cette machine n’arrive plus à tourner comme le veulent les patrons de ce monde civilisé (crise économique de 1929).

Le vrai droit de cette femme, c’est donc cet homme, qui lui donne le droit de vivre comme une reine, dans son foyer, où elle se sent vraiment libre, libre des regards farouches des loups que sont ces malades, qui ne lui trouvent une existence que comme décor plaisant, qui doit les accompagner là ou ils se trouvent, lequel décor lui coûte, à cette bonne femme, toute sa bourse ou presque. Et la question qui se pose, c’est pourquoi c’est l’homme qui doit juger cette femme, et décréter que celle là est belle, et que l’autre l’est moins, et que la dernière est laide. Pourquoi la femme doit-elle être jugée par l’homme et pas l’inverse, sachant que c’est elle qui est bien placée pour ce faire, tant que c’est elle qui l’a mis au monde, qui l’a élevé, et qui en a fait ce qu’il est. C’est bien elle qui l’a monté en toutes pièces, et qui est bien placée pour savoir qui c’est, et donc le juger. Libre de passer son temps dans ce qui est intéressant pour elle et ses enfants, au lieu de passer son temps à courir derrière ce travail, qui l’emprisonne, la noie dans un océan sans fin, et lui enlève ce qu’elle a de plus beau, sa personnalité, sans lui donner vraiment ce qu’elle mérite, pour le travail qu’elle fait, puisqu’elle reste sou payée jusqu’à nos jours.

Le droit de fumer:

L’humanité a été capable d’assurer son besoin, si l’on peut bien l’appeler, ainsi en cigarettes, et de tous genres, en ce sens, qu’il est presque impossible de ne pas en trouver chez les kiosque, et à n’importe quel moment de la journée, et partout où vous allez, sans être en mesure de nourrir ses enfants, qui en meurent quelques centaines de milliers par jour, seulement de la faim, sans compter ceux qui meurent par les différentes maladies.

Et il va sans dire, que tout le monde sait que cette fameuse cigarette est nuisible, et elle tue en Amérique, beaucoup plus que tuent les accidents de la route, sans compter son coût à l’état. Il en est de même dans la plupart des autres états, si ce n’est plus grave. Et si tout cela veut dire quelque chose, il ne veut pas dire beaucoup plus que l’être humain ne peut se contrôler de lui-même, même lorsqu’il est sûr qu’il est dans l’erreur. Et le malheur, le grand malheur, c’est qu’il veut que l’autre, tombe lui aussi dans l’erreur, par cette fameuse égalité, tout en sachant que la cigarette est plus nuisible pour la femme que pour l’homme, surtout  si elle est enceinte. Mais ce qui complètement incompréhensible, c’est de trouver des médecins qui fument, et qui vous interdisent la cigarette, quand vous allez les voir, pour une visite médicale. Là vraiment c’est la preuve irréfutable, qu’il faut bien que cet être là, soit guidé, pour ne pas succomber à sa liberté de faire ce qui lui plait, car ceci n’est pas toujours dans son intérêt, et les exemples abondent, et je pourrais terminer par citer celui de la boisson alcoolique. Tout le monde est d’accord que l’alcool est nuisible pour la santé, et il est même interdit de conduire dépassé une certaine dose. Mais tout le monde n’est pas d’accord pour l’interdire, et même ceux qui l’ont interdit une fois, l’ont autorisé juste après, mais sous conditions.

On pourrait multiplier les exemples, mais ces deux là suffisent amplement pour ceux qui veulent vraiment comprendre, pour démontrer que l’homme ne peut vivre sur cette terre sans être guidé par être suprême, qui non seulement le guide, mais l’oblige à suivre cette guidée, faute de quoi, il va être châtié.

Vivre en concordance parfaite avec cet univers:

 L’homme est une créature, faisant bien partie de cet univers. Il ne peut pas le quitter, et doit par conséquent y passer toute sa vie. Et il est bien intelligent de la passer au mieux, sinon le meilleur qui soit. La civilisation humaine est en fait le résultat de cette course vers le bonheur sur cette terre, durant laquelle l’homme est bien passé par des moments de gloire, mais la plupart de son existence, il était malheureux, si l’on croie à l’histoire des guerres, des épidémies, et des catastrophes. L’histoire contemporaine est très riche en ces choses là, et un simple regard sur le nombre d’écoles d’apprentissage du suicide, du réseau mondial des drogues, et du nombre d’atteints par le sida, suffit largement pour savoir le malheur dans lequel vit ce monde civilisé.

Ce malheur n’a épargné ni hommes, ni bêtes, ni insectes, ni herbes, tout en est vraiment atteint. L’homme a crée une civilisation dont il est la première victime. En effet, il a purement et simplement détruit l’environnement où il devait vivre, et tout intelligemment, soit disant, il est parti chercher la vie sur les autres astres, dépensant de quoi le rendre très heureux sur celui là, qu’il a purement et simplement démoli. Et l’on se demande bien, si sa folie ne va pas le pousser effectivement jusqu’à aller démolir ces nouveaux astres, qu’il prétend conquérir, démontrant par là, qu’il a bien maîtrisé la science, et que cette maîtrise est la solution miracle de ses problèmes sur terre. Et le grand malheur, c’est que tout le monde ou presque, a cru à ses mensonges, comme ils ont cru au mensonge des appareils anti-tremblement de terre au japon, ce qui n’a pas empêché la destruction d’une ville entière, et  pour lesquels un argent fou a été dépensé, comme on en a dépensé dans tous les sens, dans le monde dit des riches, alors que des centaines de milliers d’enfants et de malades meurent et de faim, et de maladies chaque lever du soleil, et c’est pas fini encore, surtout avec la vache folle, et la grippe aviaire, et j’en sais quoi d’autres, que Dieu seul sait.

En somme l’homme vit bien en contradiction flagrante, avec le milieu où il vit, et en dehors duquel, il lui est impossible de vivre, strictement impossible, et les blagues dans le genre: vivre sur mars ou sur Avril, n’est pas autre chose que le poisson d’Avril, pour ne pas dire le poison d’avril, car il a empoisonné tout le monde, qui continue à croire à ces bluffes. Les gens qui croient à ces anecdotes là, doivent savoir une chose toute bête, c’est que ces voyages là, coûtent tellement cher, que seul les gens très riches peuvent se permettre, et peut-être pas plus d’une fois dans leur vie, d’aller faire un petit saut là bas, par simple curiosité, et qui doivent certainement se compter au bout doigt. Et jamais il serait possible de vivre dans une planète, autre que celle qu’on a bien été malin de détruire, à savoir la terre, pour la bonne raison, que si ça serait possible pratiquement un jour, il serait impossible de supporter le coût, comparativement à celui de rester sûr terre, sans compter les complications que ça va poser.

Il faut donc se résigner à bien savoir vivre sur cette jolie planète, en accordant nos violons avec les siens, pour bien déguster sa mélodie. En effet, il n’y a pas plus simple que de vivre en harmonie avec cet univers, tant qu’on a la science et la technologie adéquates, et tant qu’on a pas le choix de la changer. En effet l’humanité possède tous les éléments nécessaires pour vivre en bon accord avec cet environnement, en rationalisant sa consommation, et ce, en limitant les gâchis à tous les niveaux. Mais ce qui l’en empêche, c’est justement cette folie de vouloir faire ce qu’il a  envie de faire, indépendamment de ce que ça peut entraîner comme dégâts, aussi bien pour lui ou pour la nature, et c’est ainsi qu’il a complètement cassé le cycle biologique, a exterminé des races entières d’animaux sauvages, a été la cause de maladies nouvelles telles que le sida, la grippe aviaire, qui proviennent directement de la mauvaise intervention qu’a faite aussi bien dans le domaine des relations sexuelles, en autorisant l’homosexualité, car le sida est bien apparu en 1981 chez les homosexuels, que dans le domaine de l’aviculture, en s’amusant à faire ces petits jeux dans le mode alimentaire de ces jolies bêtes. Mais sa démolition ne s’est pas arrêtée à ce stade, elle a largement dépassé l’environnement pour arriver à l’homme lui même, non seulement au niveau de l’allaitement artificiel, qu’ils ont fait passer pour le lait libérateur de la mère, qui n’a plus besoin de rester à la maison pour allaiter son petit, et qu’elle pouvait aller faire sa natation, ou son sport préféré, avec la conscience toute tranquille, car la science est là, à son service, bienveillante à la fois sur elle et sur son bébé; mais au niveau des manipulations génétiques, ou même de la création synthétique de l’ADN, pour arriver à vraiment détruire complètement la race humaine, en créant des espèces assez bizarroïdes, qui pourraient même accélérer cette démolition.

Il faut très vite changer de cap, et reforger cette confiance mutuelle avec l’environnement, en préservant la nature, et que l’on révise toute cette civilisation qui est anti-biologique, et retourner à la nature, tant que c’est encore possible, en poussant les recherches dans le sens des ressources d’énergie renouvelable, et Dieu sait comme elles sont très prometteuses, mais si les riches continuent à pousser les chercheurs dans le sens de leurs intérêts, indépendamment de tout autre facteur, on ne sera pas encore sorti de l’auberge.

Il faut que les recherches soient axées dans le sens d’inventions de systèmes écologiques, telle que la voiture solaire, qui est bien mise au point, et qui pourrait être encore améliorée, et tant d’autres systèmes qui respectent le système écologique. D’autant plus qu’on est incapable de remédier aux perturbations qu’on y apporte, et qu’on n’a pas cessé d’infliger à cet environnement, qui continue à nous supporter et excuser les erreurs qu’on ne cesse de commettre à son égard, plutôt à notre égard, peut être que viendra un jour où l’on s’aperçoit de l’immensité de nos bêtises, bien avant que cela soit trop tard. Lesquelles bêtises proviennent du simple fait qu’on ne veut pas se priver d’un certain nombre de désirs plutôt égoïstes, que nous savons pertinemment ne pas être dans notre faveur, et que nous persistons à faire, telles que la course aux armements nucléaires qui se fait sous le grand silence des grands par les grands, qui se sont donné le droit de se partager le monde, et d’en faire un champ de batailles pour montrer l’efficacité et la primauté sur les autres, tant soit sur les plans d’armement classique que nucléaire. Mais si, avec de grands efforts, on pourrait comprendre les raisons de cette course par les grands pour dominer le monde, on comprendrait moins pourquoi les petits se laissent bien faire, et constituer le meilleur marché de ces armements, qui l’utilisent pour s’entretuer, alors qu’ils auraient bien pu mettre ces investissements là, dans la formation, où la santé, où tout autre secteur de développement, dont il ont grand besoin. Il est bien évident que je parle des gens concernés au premier plan, et que je ne parle pas des autres qui jouent le rôle de relais, qui sont là pour jouer leurs sales tours, et qui les exécutent comme il faut d’ailleurs.

La solution donc revient à chacun d’entre nous, nous les hommes conscients, intellectuels, de montrer aux gens, la nécessité de faire bon ménage avec cet univers où nous vivons, et que la responsabilité est partagée entre tout le monde, et que chacun agisse en fonction de ce qu’il peut apporter comme éléments positifs à la cause, et ne pas attendre que les choses soient faites par les autres, car chacun est l’autre pour les autres. Et ce qui est demandé à chacun est vraiment dans les limites de son possible à savoir:

- consommer tout ce qui est naturel, en évitant tout ce qui est traité, soit chimiquement, soit génétiquement, ou par l’introduction d’hormones, ou par toute autre intervention quelconque de cet être qu’on intitule l’homme, car il n’a fait que détruire la nature, qui reconnaît pourtant bien qu’elle fait bien les choses, et si ces choses sont comme il le dit bien, bien faites, y toucher ne peut que les rendre moins bien, comme c’est le cas de toutes les interventions humaines sur l’environnement.

- se limiter au juste besoin, dans toute consommation, sans gaspillage, d’aucune sorte que ce soit.

- s’interdire de consommer tout ce qui fait mal à la santé, tant sur le plan de la nutrition: tels que la cigarette, l’alcool, la drogue, etc., que sur celui de la consommation de l’énergie: tels que le gasoil, l’essence ou le diesel, et les remplacer par les aliments biologiques, et les énergies dites propres.

Il va de soi que ces actions, quoique limitées dans leur ampleur, peuvent certainement diminuer les effets néfastes de ces dégradations farouches que fait, et qu’est en train de faire cette croissance aveugle de l’industrialisation, et même emmener peut-être les dirigeants à voir un peu plus clair, et un peu plus loin que leurs élections, que si rien n’est fait dans les prochaines années à venir, il sera peut-être trop tard pour y remédier, et tout le monde y passera.

Energie, énergies propres, énergies renouvelables :

Avant de parler de l’énergie, disons que si l’on applique les deux règles d’or précitées : à savoir la reconnaissance qu’on est bel et bien une créature, et la deuxième, c’est que cette créature doit au moins respecter l’environnement dans lequel elle vit, sinon le préserver, faute de quoi elle va se détruire en douceur. C’est en fait le cas dans certains pays qui ont un taux de pollution de l’atmosphère et radioactif assez élevés, et qui sont les pays les plus industrialisés et donc les plus riches. Et si certains d’entre eux, ont bien pu diminuer le taux de la pollution nucléaire, en transportant les déchets radioactifs vers les pays les plus déshérités, ils n’ont pas pu par contre diminuer la pollution thermique, due à l’échauffement de l’atmosphère par les grandes cheminées des grandes usines, défiant les lois internationales en vigueur, ni la pollution des fleuves, lacs et océans, ce qui a eu pour conséquence, de détruire complètement ou partiellement des espèces entières.

Il est bien évident que tout progrès industriel ne peut se faire que parallèlement à un autre, au niveau de la production de l’énergie et de sa consommation. Et si l’homme a commencé par l’exploitation des gisements de charbon de fer, qui était une énergie plus propre que certaines d’autres, il est passé aussitôt à l’énergie pétrolière, malgré son très faible rendement énergétique, et son taux de pollution très élevé, et ceci pour la bonne raison qu’elle est facilement exploitable, et surtout qu’elle est très bon marché, parce qu’elle est entre les mains de pays sous développés qui ne savent même pas l’extraire. Et ceci au dépend du développement des autres énergies propres, telles que l’énergie solaire ou éolienne, qui étaient bien connues dès le tout début du 19ème siècle, car l’effet photovoltaïque a été bien découvert par le physicien français Edmond Becquerel à l’année 1839, quand il observa le changement de la tension d’une électrode en platine sous l’effet de l’illumination avec la lumière, et bien expliqué par Einstein en 1912. D’un autre coté, cette énergie est presque gratuite et abondante, en ce sens qu’en une semaine, la planète reçoit l’équivalent de ses réserves d’énergie, de même qu’une couverture de 0,4% de la surface du globe par des capteurs solaires au rendement de 10% seulement, suffirait à satisfaire la consommation d’énergie de l’humanité entière.

On peut bien se poser la question : pourquoi cette énergie n’a pas été exploitée comme il faut jusqu’à présent ? Malgré son abondance, sa permanence, et sa proximité, ce qui élimine tous les problèmes de son transport, elle n’a pas été travaillée comme il se doit, pour des raisons certainement politiques. On peut dire la même chose pour l’énergie éolienne, et moins pour l’énergie potentielle.

En somme, vivre en accord complet avec cet environnement, n’est une affaire impossible. Et ceci, d’autant plus que les technologies le permettent aujourd’hui, beaucoup plus que n’importe quel autre jour, et qu’il faudrait juste accepter de prendre les choses comme elles sont, et non pas vouloir qu’elles soient comme on veut qu’elles le soient. En particulier, il faut accepter d’être une créature, montée en toute pièces, et qui doit vivre comme telle, en parfaite harmonie avec ce monde, si beau et si bien fait par ce Créateur, qui ne peut être que Beau, plus Beau encore, et qui doit être Omniscient, Omniprésent, bref, qui doit avoir toutes les qualités superlatives. Cela va préserver à l’homme un grand nombre d’efforts, qu’il fournit inutilement, et à ses dépends. Il va lui permettre de vivre le plus heureusement possible sur ce globe, au lieu de faire la course à l’armement, jusqu’au point d’en accumuler de quoi le détruire plusieurs fois, alors qu’il est incapable de se faire nourrir, même pas une journée entière, et éviter le nombre de morts de faim par jour, que connaît ce monde dit civilisé, de la syphilis, et non de la civilisation.

Se mettre tous d’accord, pour combattre le mal :

L’homme en tant que créature, naît avec son mal et son bien, et dans la plupart des cas, son mal l’emporte sur son bien, si ce dernier n’a pas été bien cultivé par la famille et le milieu extérieur, tels que la société, l’école, et les mass médias. Et pour ce faire, il faut bien que ça soit bien défini, avant tout, la notion du bien.

On peut bien commencer par dire que le concept du bien doit être commun à tout le monde, du fait que ses bases sont innées en chacun de nous les humains, et même chez les animaux. Ainsi si l’on prend pour simple exemple le chat, qui est un animal bien connu par le plus commun du monde, on sait que si on lui donne un morceau de viande, il le mangera devant nous; et s’il le vole, il le mangera sur la terrasse, preuve comme quoi, il sait bien distinguer le vol du don, parce que c’est inné en lui, et il n’a pas besoin d’intelligence pour le savoir. On dirait plus pour l’homme doté lui d’intelligence, et qui peut bien distinguer le mal du bien, en décrétant à priori, que ce qu’on accepte qu’on le lui fasse, c’est le bien, et vice-versa. En effet, tout être veut bien qu’on l’aide, et par conséquent l’aide d’autrui est un bien, de même que voler autrui est un mal, du fait que personne n’aimerait qu’on le vole, et on peut extrapoler ainsi, sur tous les autres biens. On peut ajouter que certains maux ne seraient connus que par des spécialistes, je pense plus aux médecins qui connaissent plus que les autres les médicaments qui soient nuisibles que les autres, et ainsi de suite, chacun spécialiste connaissant mieux que les non spécialistes sa spécialité, et qu’on est tenu de s’y référer pour être bien au courant de ces particularités.

Et maintenant qu’on a donné une définition préliminaire du bien et du mal, par voie de conséquence, il faut essayer de combattre le mal, et encourager le bien, en :

  • - commençant par faire soi même le bien, et s’interdire de faire le mal,
  • - d’enseigner ça à ses enfants, et tout son entourage,
  • - d’encourager le bien, en donnant des cadeaux aux enfants qui le font, et blâmer ceux qui le font pas ou qui font le mal,

Dilemme : faire le mal et le combattre :

On croirait que le fait de connaître le mal, va suffire pour qu’on s’en éloigne, et qu’on le combatte; mais ceci n’est vrai que chez peu de gens, malheureusement. Et la plupart des gens font les choses sans se préoccuper du fait que c’est un mal ou un bien, ils les font par simple habitude, et peut être parce qu’ils ont tout bêtement vu les autres faire. Et ceci est encore plus vrai chez les jeunes, qui pensent que contrarier les autres est la meilleure façon de s’imposer, et plus précisément de faire ou se faire du mal. Cela tient principalement au fait que l’effet d’un grand nombre de maux, ne se fait sentir qu’après un temps assez long. En particulier, l’effet néfaste de la cigarette ne se fait voir qu’après quelques années, voir quelques dizaines d’années. Ceci bien évidement quand il s’agit d’un mal qu’on cause à soi même, mais il en est pas de même quand on cause le mal à autrui, auquel cas la retombée de notre acte se fera sentir en fonction de la réplique de celui auquel on a fait ce mal, et il peut passer complètement inaperçu. Et c’est de cette façon là, que des millions d’hommes ont été massacrés dans les différentes guerres, que certains trouvent un grand plaisir de les monter de toutes pièces; pour la simple raison que ces pauvres gens ne pouvaient rien devant cette grande machine qu’est l’industrie militaire. Et ceci, d’autant plus que les mass médias viennent appuyer ces guerres, et les justifier, comme c’est le cas de l’Iraq qui a été envahi sous différents faux prétextes, ce qui prouve très explicitement que la démocratie n’est rien d’autre qu’un moyen intelligent de coloniser les peuples.

De tout ce qui précède, il apparaît que pour combattre le mal, il faut tout d’abord le faire à son niveau, et ça c’est le devoir de tout humain, digne de ce nom, et de le faire au niveau des dirigeants, et ça c’est plutôt le devoir des savants et intellectuels, qui doivent sensibiliser les responsables, par tous les moyens adéquats. Ceci est le moyen le plus payant, pour combattre le mal, et tout autre moyen pourrait bien entraîner un mal plus grand.

Vivre en bon accord avec cet univers ou se suicider :

   La meilleure attitude à prendre, en tant que créature, c’est bien d’être en parfait accord avec ce monde, et la position inverse ne serait aucunement bénéfique, et elle pourrait entraîner au suicide, comme le prouve le nombre croissant de suicides dans les pays occidentaux. En effet, l’être humain qui n’arrive pas à donner un sens à sa vie, va trouver qu’il est vain de la vivre, surtout avec ce qu’il voit autour de lui, et à travers las mass médias télévisées, comme mensonges, hypocrisies, et injustices. Une explication doit lui être donnée, sans quoi il pourrait continuer à se faire du mal, en guise de vengeance contre ce monde, ou même peut être contre ses parents, qui sont la cause directe de sa venue en ce monde. Beaucoup de gens ont essayé de trouver une réponse à cette question dans la philosophie, ou dans l’astrologie, ou dans toute autre discipline, mais en vain, car aucune discipline n’est capable d’expliquer tous les aspects de la vie, et en explique un certain nombre, et en ignorent purement et simplement les autres, sous différents prétextes. Néanmoins, il reste tout de même un espoir, et cet espoir là est bel et bien l’islam, lequel islam prétend expliquer tous les aspects de cette vie, et même plus, en ce sens qu’il répond à toutes les questions que peut se poser un individu, tant sur le plan d’ici-bas, que de celui de l’au-delà. Et comme il est le seul qui se présente comme tel, on doit logiquement l’accepter, déjà faute de trouver autre chose, pour ne pas dire mieux, car il ne pourra pas y a pas mieux, et parce que ça émane du créateur de cet univers. Cette explication si bien consolante, non seulement donne un sens à cette vie, mais fait que l’individu aime cette vie, à tel point qu’il souhaite la vivre plusieurs fois, tellement qu’il en est heureux. 

Vivre en bon accord avec cet univers ou s’exterminer :

L’homme s’étant aperçu de la nécessité de l’existence des races d’animaux qu’il avait exterminées ou presque, s’est repris et a commencé à corriger son erreur monumentale, en créant des zones de protection de ces dernières. Et s’il y a bien une question à se poser, c’est bien la question : contre qui elles vont être protégées ces races ? Ce n’est pas l’homme qui les a exterminées et qui va les protéger ? Va-t-il par hasard les protéger contre les autres animaux ? Ou bien va-t-il les protéger contre lui même ? La réponse nous est donnée par la hauteur des grillages de ces zones, qui dépassent des fois les quatre mètres, afin d’empêcher ces gentilshommes appelés chasseurs, d’exercer leurs petites distractions de fin de semaine, tout en leur demandant, et bien gentiment, de bien avoir la gentillesse de les remplacer par d’autres moins cruelles.

Reconnaissons quand même que c’est un grand effort, de la part de certaines associations de droit de l’animal, ou certains états, mais cela pose une question quand même un peu curieuse. Si tous ces gens là, qui ont été tellement sages pour trouver une solution à l’extermination de ces espèces, ont eu tout ce courage là, pourquoi ils ne l’ont pas été avec la plus noble race, à savoir l’homme ? Et pourquoi ils font tout, et vraiment tout ce qu’ils peuvent, pour la massacrer, pour en faire un jouet, moins que ça, un plaisir ? Pourquoi font-ils la fête quand un panda met un nouveau né au monde, et se battent dans les rues pour que la femme adultère puisse exterminer un nouveau-né de cette race si sacrée, sous prétexte qu’elle a le droit, comme l’homme d’ailleurs, d’utiliser son corps comme elle le veut, et quand elle le veut. Ce prétexte se base sur deux hypothèses fausses :

  • - la première c’est que la femme n’est pas comme l’homme, et ne pourrait en aucun être comme lui, pour la bonne et simple raison qu’il est donneur, et qu’elle réceptrice, et c’est bien chez elle que naît le fœtus, et non chez lui, et qu’elle est par conséquent obligée de s’en débarrasser,
  • - la seconde c’est que ça n’a jamais été un droit à l’homme d’utiliser son corps comme il le veut, quand il le veut. Son utilisation est régie par des lois, qu’il doit bien respecter, sauf s’il est perdu tout seul dans une forêt, auquel cas il n’aura pas avec qui utiliser son corps, car toute société n’existe que si loi existe.

On comprend assez mal comment cet homme cherche par tous les moyens à préserver la vie des autres espèces, alors qu’il ne ménage aucun effort à découvrir les moyens les plus intelligents pour apprendre le suicide aux jeunes, et à combattre par toutes ces forces, tout enseignement du bien savoir vivre de cet être. Et toute tentative d’expliquer cette attitude est vouée à l’échec pour la simple raison que cet homme là est bien conscient du phénomène, et qu’il persiste à pousser cet être sacré à l’extermination, en décrétant des lois pour ça, et en défendant ceux qui poussent dans ce sens, même s’ils utilisent des publicités mensongères, et de fausses théories scientifiques. En effet, il est totalement faux, de dire que la femme est égale à l’homme, et ceci sur tous les plans :

  • - sur le plan de la physionomie, elle est très visiblement différente, au niveau de la poitrine, du bassin, des cuisses, de la chevelure tant sue le visage que sur les jambes, etc.
  • - sur le plan sexuel, et plus spécialement au niveau de la forme de l’organe sexuel, de l’apparence des testicules, etc.
  • - sur le plan des règles et de la ménopause.
  • - Sur le plan des chromosomes, et de la détermination du sexe du fœtus. En effet c’est le nombre de chromosomes Y qui exerce un contrôle génétique dominant, car quelque soit le nombre de X, tous les embryons porteurs d’un Y deviennent mâles et ceux qui n’en ont pas deviennent femelles. Tout en sachant que ce n’est qu’en 1912, que Winiwater constata que la femme présentait un chromosome X en double exemplaire, alors que celui-ci n’était présent qu’en un exemplaire chez l’homme. Et ce n’est qu’en 1923 que Painter découvrit le Y, passé inaperçu jusqu’alors, et le nombre exact de nos chromosomes, 23 paires, ne fut connu qu’en 1956!

Il est scientifiquement faux d’égaler deux êtres présentant de telles énormes différences, d’ailleurs c’est ultra bête de vouloir le faire, pour plusieurs raisons :

  • - la première c’est que ça n’a aucun intérêt, du moment qu’il faudra bien garder l’homme et la femme,
  • - la deuxième c’est que Dieu aurait crée doublement et inutilement la même chose,
  • - la vie n’aurait aucun sens si la femme était égalée à l’homme, et d’ailleurs c’est complètement stupide de vouloir d’égaler deux choses différentes, ça n’a aucun sens, si elles sont différentes elles ne sont pas égales, et vice-versa.

 Propager l’islam : sauver l’humanité :

En effet, l’islam explique tout, et donne un sens à tout, et vous met dans votre assiette. Et comme on sait que le plus gros problème de l’humanité, c’est de chercher à se retrouver dans cette vie, pleine de contradictions, et de contraintes, une vie où le matériel l’emporte sur le moral, et où toutes les valeurs sont réduites à la seule valeur matérielle; et puisque c’est l’islam seul qui prétend le faire, on est bien obligé de le croire. Les autres religions ne rentrent pas en ligne de compte, pour la simple raison qu’elles sont en contradiction flagrante avec la science, comme l’a bien expliqué Maurice Bucailles, dans son livre : la bible, el coran et la science.

On devrait donc assister à une ouverture des gens vers l’islam, beaucoup plus importante que ce qui s’est passé, mais seulement peu de gens sont guidés par la raison, la plupart se contentant d’attendre tranquillement que ça se passe. Il y a pour ça plusieurs raisons, en particulier l’inertie au changement, et l’influence des facteurs externes, tels que les mass médias, qui ont un grand intérêt à ce que les gens restent dans leur stupidité, pour constituer une masse facilement exploitable.

S’il est vrai que le nombre de convertis à l’islam grandit de jour en jour, et plus spécialement en France, il est aussi vrai que les efforts fournis pour déformer complètement cette religion si belle, sont énormes, et ceci par ignorance ou par arrogance. Et quoiqu’il en soit, cela constitue un grand gâchis, et une grande perte pour l’humanité, car le musulman est le citoyen par excellence, digne de ce nom, qui agit positivement envers l’environnement, et envers tout ce qui l’entoure, et prolifère dans cet univers tout en le respectant et le préservant. Le musulman est la seule créature vraiment en phase avec cet univers, parce qu’il suit les directives du Seul et Unique Créateur, qui ordonne le bien et blâme le mal.

Le Créateur est Unique :

 Ce monde est bel et bien crée, comme le prouvent toutes les sciences, en particulier l’astrophysique, expliquant le big-bang, sans oublier la thermodynamique, qui stipule que : lorsqu’un système a parcouru un cycle de transformations en échangeant de la chaleur avec deux sources et en produisant du travail, il a nécessairement reçu de la chaleur de la source chaude et en a cédé à la source froide, et j’en passe.

De ces deux grandes branches de la science, on en déduit que cet univers a bien commencé à exister à un moment donné, appelé temps zéro, c’est ce qu’explique l’astrophysique, et que son énergie de départ, est en dégradation perpétuelle, et qu’il va arriver un jour, estimé à quatre milliards d’années par la théorie, si tout se passe bien, où cet univers va se refroidir et mourir, et cela est la déduction directe du 2ème principe de la thermodynamique. Ceci est même une évidence qui doit crever les yeux, car tout le monde sait qu’il n’y a pas de cause sans effet, et vice-versa, et partant de là, il est très facile de conclure que cet univers ne s’est pas crée de lui même, et a besoin d’être crée par un créateur.

Il est bien évident que ce mode de raisonnement n’est tenu que par les gens qui utilisent à bon escient leurs méninges, auxquels d’ailleurs je m’adresse dans cette petite conversation. Les gens qui veulent fuir la reconnaissance des faits réels, en philosophant le problème, ou en utilisant à tord leurs méninges – à supposer qu’ils en ont – ne sont pas visés par conséquent. Je penses en particulier aux gens qui rattachent ça au hasard, ou à la nature, ou à l’univers lui même. Mais de toutes les explications, il y q bien une et une seule qui soit heureuse : c’est celle qui rattache la création à un Créateur, car elle plausible, et facile à accepter par le plus commun du monde, et a une retombée pratique. En effet, ce Créateur existe bel et bien, parce que tout le monde est d’accord qu’il y a bien un créateur, même ceux qui disent qu’il s’est crée soi même, car il serait dans ce cas là son propre créateur. Et le vrai d’entre tous, c’est bien celui qui s’est présenté à nous comme tel, en descendant des livres sur des prophètes, et en défiant même que quelqu’un d’autre le prétende. Ceci est d’autant plus vrai qu’effectivement personne ne s’est déclaré comme tel, depuis l’existence de ce monde. L’exemple suivant va bien rapprocher ce fait là du cher lecteur. On va supposer que quelqu’un voulant traverser le désert, se prépare bien comme il le faut, et prend toutes ses précautions, et monte sur son chameau, et entame son voyage le plus tranquillement possible. Au cours du chemin, et en plein désert, il s’endort sous un arbre. Quand il se réveille, il ne trouve pas son chameau, et décide donc de rester sur place, et attend sa mort. En se retournant derrière lui, il trouve une table bien pleine de toute sorte de gastronomie, et par sa grande faim, se jette sur la table sans se demander quoi que ce soit. Et pendant qu’il est entrain de manger, il s’est posé la question évidente : qui c’est qui a bien pu apporter cette jolie table, surtout que c’est le plein désert, et qu’il n’y a personne dans les environs. Il a évidement exclu purement et simplement, le fait qu’elle soit venue par simple hasard. Il est resté un bon moment sans réponse, et tout à coup, un bonhomme vient à lui, et lui déclare que c’était bien lui qui lui a apporté cette table. Et à ce niveau là de l’histoire, on peut bien se demander un certain nombre de choses :

  • - est ce qu’il se pourrait que notre voyageur puisse lui passer par la tête, de mettre en doute les dires du bonhomme?
  • - est ce qu’il pourrait bien demander au bonhomme de lui apporter des preuves, comme quoi c’est bien lui a apporté la table?

Non, jamais aucune de ces deux questions ne peuvent lui passer par la tête. Et ceci pour une raison évidente, c’est qu’il n’y a pas de raison pour que notre bonhomme mente, et que par instinct, on est emmené à croire à ces choses évidentes. Mais, si on suppose que quelqu’un d’autre est venu et déclare que c’est lui qui emmené la table et non pas le premier, évidemment là, il va y avoir problème, et on peut pas être sûr de celui qui dit vrai, de celui qui dit faux. Remarquez bien que le problème ne s’est posé qu’à l’apparition du second, prétendant comme le premier, que c’était bien lui qui a fait l’affaire; et bien avant cela, le problème n’existait pas, et ne pourrait jamais exister.

Et pour bien savoir lequel des deux a raison, on demandera des preuves à chacun, et par déduction, ou autre mode de raisonnement logique, on va bien arriver à celui qui a menti. On est bien obligé de procéder ainsi, parce qu’on sait que chacun a prétendu être le seul à avoir apporté la table, mais s’ils avaient tous les deux prétendus qu’ils l’ont emmené ensemble, il n’y aurait pas eu de problèmes.

A travers cet exemple si simple, on voit le raisonnement logique banal que fait le plus commun des mortels, devant une telle situation, parce que naturel, instinctif, et réel. Et on voit aussi quelles sont les conclusions que peut déduire monsieur tout le monde, sans fatigue ni philosophie. En particulier le refus catégorique de l’explication hasardeuse, parce que non réaliste. En effet, si on attribuait au hasard toute chose dont on n’est pas arrivé à en faire l’explication, on serait encore resté à l’age de la pierre taillée.  Mais les savants ont toujours essayé d’expliquer tout ce qu’ils ont pu découvrir comme phénomènes, en établissant des théories parfois assez curieuses, comme l’ont été la théorie relativiste d’Einstein, et bien avant elle, la théorie de la propagation des ondes de Maxwell. Il faut remarquer que ces deux théories ont été tellement poussées, que tous les physiciens de leurs époques n’y ont pas cru, et ne devaient se soumettre à leurs lois, que quelques années plus, lorsque ces théories ont été vérifiées par la pratique. Plus que ça, la découverte même de toutes les lois de la physique, est une preuve irréfutable comme quoi le hasard n’existe pas, et quand le physicien parle par exemple du mouvement Brownien, il dit bien que c’est un mouvement désordonné, mais ne dit pas qu’il provient du hasard. Il dit plutôt qu’il est aléatoire, et en calcule la vitesse moyenne sous l’effet d’un champ externe, et la probabilité pour qu’une particule soit dans une position donnée, par exemple. Une autre conclusion si importante qu’il faut bien considérer, c’est le fait que l’on est obligé de croire à une explication plausible, tant qu’une autre ne vient pas la contredire. Et c’est bien là une preuve comme quoi l’inné est commun à tous les humains, de même qu’un grand nombres d’autres choses, telles que la logique, les sentiments, le rire, le rêve, etc. on en conclue donc, et sans peine, que ces créatures sont bel et bien crées par un Créateur, Qui s’est déclaré à nous comme tel, et que personne d’autre n’a prétendu en être concurrent.

En plus de ça ce Créateur doit être unique pour la même raison, laquelle raison suffirait amplement, pour quelqu’un de normal, mais ajoutons tout de même que le fait que l’homme est le même partout dans les quatre coins du monde, même en Australie, ne peut provenir que de l’unicité de ce Créateur. Et partant de là, il faut appeler toute l’humanité à Le retrouver, et à l’aimer, et nouer bon contact avec, afin de retrouver la paix interne, qu’elle a perdu depuis si longtemps, depuis qu’elle a coupé avec, et s’est égarée dans les ténèbres de la vie matérielle.

Cette unicité se retrouve bien dans ces belles créatures, et dans la matière même, qui est régie elle, par des lois très précises, tant au niveau des corps microscopiques, qu’au niveau des corps macroscopiques. C’est encore Einstein qui était bien le pionnier de la théorie du superstring, ou théorie du tout, après qu’il avait découvert la théorie de la relativité restreinte (1905), et la théorie de la relativité générale (1915). Cette nouvelle théorie devait unir toutes les autres, à savoir la mécanique quantique et mécanique relativiste, et expliquer tous les phénomènes de la physique, en particulier intégrer les quatre forces fondamentales, dans les mêmes équations mathématiques. Ces forces sont :

  • La force de la gravité, qui nous empêche de voler dans l’espace extra atmosphérique, et notre soleil (une bombe à hydrogène colossale) d’éclater à l’extérieur.
  • La force électromagnétique, qui allume nos villes, et active nos lasers et nos ordinateurs.
  • Les forces nucléaires fortes et faibles, qui allument les étoiles et les galaxies.

En les années 1980, les scientifiques ont repris ses travaux, qu’ils n’avaient pas terminés avant sa mort, et mis au point la théorie de Superstring, qui combine la relativité et les quantum d’une manière élégante et intuitive. En effet elle associe à chaque représentant de ces deux mécaniques, la particule et le quantum, un même élément unique, qui n’est pas autre chose qu’un corde vibrante, très très petite d’ailleurs (100 milliards de fois plus petite que la particule électron par exemple), qui peut être soit fermée soit ouverte, et vibrant dans un espace à dix dimensions, voire même de onze, à des fréquences différentes pour la particule, et pour le quantum. 

Cette recherche de l’unicité a toujours été une constante dans les recherches scientifiques abordées par l’homme, ce qui prouve certainement que cette dernière est bien ancrée dans les racines de son instinct.

L’unicité est d’autant plus recherchée, qu’elle est simple à exprimer, et facile à comprendre. En effet la multiplicité vient du fait de la mauvaise compréhension du phénomène à décrire, parce qu’on a mal choisit les éléments mathématiques pour le représenter. En particulier si on choisit un nombre de dimensions du système descriptif faible, on aboutit à des équations compliquées, voire même à des explications erronées. Par contre l’introduction d’une quatrième dimension temps, a permis l’élaboration de la relativité, et des six ou sept autres axes, celle de la théorie du tout, appelée ainsi parce qu’elle explique vraiment tout, le big-bang, les trous noirs, ce qui s’est passé même avant le temps zéro, etc….

Incapacité totale de l’homme :

L’homme est totalement incapable devant ce Créateur, du fait qu’il à besoin de nourriture et d’eau pour vivre, et que s’il se prive d’eau pour seulement trois ou quatre jours, il peut mourir. Il a beaucoup plus besoin de respirer, à tel point qu’il ne peut s’en priver quelques minutes. Il a besoin de dormir, à tel point que, s’en priver quelques jours peut lui causer la mort.

Il est tellement faible qu’il a besoin de faire ses besoins, bien loin des gens, et qu’il ne tolère pas qu’on puisse le voir dans une telle situation. Il est tellement faible qu’une canicule puisse le tuer, et des dizaines de milliers avec. Il est tellement faible qu’il ne peut rien faire contre les intempéries, les cyclones, les inondations, les tremblements de terre, les volcans, etc. Il est tellement faible qu’il ne peut rien faire contre le sida, la grippe aviaire, et j’en passe. Il est tellement faible qu’il est incapable de remettre en place, un raisin qui se détache de sa grappe. Il est tellement incapable qu’il ne peut rien faire quand il dort, autre que se protéger contre les moustiques.

Mais avec toutes ces faiblesses, l’homme est d’un orgueil incommensurable, à tel point qu’il se prend pour Dieu, pour ce qu’il a pu faire comme découvertes scientifiques, qu’il a mal exploité d’ailleurs. Il a cru que le simple fait de découvrir une loi, un médicament, un astre, un virus, etc., est assez suffisant pour lui donner la fonction de Dieu. Et il a oublié que le fait de découvrir n’est que trouver ce qui existait déjà, et que découverte n’a jamais été synonyme de création, surtout que ce qu’il ignore encore de ce petit monde, est incomparable devant ce qu’il sait. Et il a oublié que tout ce qu’il fait, ne va pas au-delà de ce que fait un petit gosse avec les jouets Logo, en les montant  tantôt pour en faire une voiture, tantôt une maison, ou une barque. Ceci est d’autant plus vrai, que les scientifiques biochimistes parlent bien de manipulations génétiques, montrant par là, que ce qu’ils font est bel et bien manipulations. Les autres sont moins explicites, mais savent bien qu’ils ne peuvent jamais rien créer, ne serait-ce qu’un atome de carbone ou de n’importe molécule que ce soit, et tout ce qu’ils peuvent faire, c’est de s’amuser à chercher la combinaison de ces atomes, de ces molécules, la plus adéquate, pour donner un composé présentant de meilleurs propriétés. Le même rôle est joué par les électroniciens, qui au lieu de manipuler les molécules comme les chimistes, manipulent eux les électrons, et ainsi de suite, chacun s’amuse à manipuler ses logos, de façon la plus intelligente possible.

Pour bien vivre en concordance avec les limites de la science, ses limites à lui, l’homme doit bien reconnaître que son savoir est tellement minuscule, qu’il est complètement désarmé devant une des plus petites créatures qu’est le virus de la grippe aviaire, par exemple, et qu’il doit profiter au mieux de cette science qu’il peut acquérir, et la mettre à son service et non pas l’inverse, comme c’est le cas d’ailleurs de cette maudite civilisation aveugle. Pour bien vivre en accord avec ce monde, il lui suffit de prendre les choses au plus simple, comme elles sont, sans complication. Il doit vivre en bon accord avec l’environnement, avec son frère l’homme, tout en respectant l’animal et la nature, et se débarrasser de son orgueil, et des mauvaises qualités, qui ont en fait, la créature la plus farouche et la plus meurtrière, car la seule bête qui tue pour le plaisir de le faire, c’est bien lui, cet homme.

Conclusion :

Cette belle créature qu’est l’homme est l’une des plus belles créatures qui existent dans ce monde. Il lui faut tout simplement vivre en phase avec les lois de ce dernier, en se débarrassant du mauvais, et se comportant en tant qu’être constructif, en aimant la vie, autrui, et l’environnement. En somme il doit retrouver l’islam, qui est le modèle de vie taillé à sa mesure, modèle de vie choisi par le Tout Savant, pour qu’il vive heureux ici bas et à l’au-delà.

 

 

Ecrit par Abuhaamed Al Idrissi le 02/04/2006 à la Mecque

 

Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Josue
| Passion Templiers
| AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08