Eazy Islam

pratique et pacifique, tel qu’il est … naturellement

Qui a tué le plus de palestiniens, les chiites ou les israélites?

Classé dans : DOGME CHIITE — 7 mars, 2011 @ 16:04

Qui a tué plus de palestiniens: les sionistes ou les chiites?
L’organisation Amal chiite dans le Liban et la tuerie de Sabra et Chatila:
Le nom de Moussa Sadr s’est fait répété dans les rangs islamiques avant quelques années, de même que celui de son organisation chiite Amal, qu’il a crée au Liban. Mais ce que beaucoup de gens oublient, c’est que cette personnalité et cette organisation ont joué un très sale rôle dans les tueries des sunnites au Liban, comme c’était le rôle d’ATToussi et Ibno l’AlQami et les autres chiites qui haïssent les gens de la sounnah, comme Allah a dit: (En tant que descendants les uns des autres, et Allah est Audient et Omniscient).
Après l’occupation juive de la Palestine, beaucoup de palestiniens expatriés ont rejoint les pays voisins, alors que le Liban s’est octroyé la plus grande partie d’eux. Ces derniers ont constitué des regroupements qu’ils ont habité, et qu’on a appelé par la suite ‘camps de réfugiés’.
Ces camps étaient pour les chrétiens maronites et les chiites des douze imams, une sale tumeur, qu’il fallait extraire à tout prix.
Les chrétiens ont donc envahit les camps de Sabra et Chatila en l’année 1982, à l’aide d’un groupe armé intitulé ‘Al Katâib’ et un groupe armé de l’armée juive, où ils ont commis le pire que peut commettre l’humain comme tueries, décapitations, déformations et tortures…(Voir ‘Amal Al Mokhayamat Al Falastiniyyah’, pages 33 et suivantes).
Les chrétiens et les juifs ont eu ce qu’ils avaient voulu, en ayant eu leur satisfaction en tueries, et ceci sous l’œil et l’ouïe des chiites du Liban et de l’organisation Amal, qui représentait la partie armée de la cour suprême chiite, laquelle n’a pas bougé le petit doigt, pour arrêter cette attaque injuste…
Le tour des chiites est arrivé pour avoir leur part aussi et commettre la deuxième tuerie de Sabra et Chatila, laquelle était beaucoup meurtrière et plus difficile…
Ainsi, sous prétexte que certains résistants palestiniens se sont infiltrés dans les camps des réfugiés, l’organisation Amal, sous la présidence de Nabih Barri et Moussa Sadr, avec l’appui du sixième troupe de l’armée libanaise et avec l’aide des dorouzes, a envahi les camps de Sabra et Chatila et le camp de Borj Albarajna, le 20 Mai 1985, et y ont fait une tuerie qui a duré à peu près un mois, pendant laquelle les palestiniens ont vu ce qu’ils n’avaient jamais vu auparavant!!
Le rapport du journaliste Jon Kifner, du journal ‘New York Times’ rapporte que: « Le dimanche 22 Juin 1985, le camp des réfugiés Borj Albrajna était calme, après que la solution de paix ait pu résister, laquelle solution a été proposée par la Syrie, après un mois de bataille, durant lequel les milices de l’organisation Amal ont essayé de mater toute espèce d’existence militaire palestinienne à Beyrouth.
En fait le camp Borj Albrajna a résisté avec audace, encore plus prononcée que celle des camps Sabra et Chatila, qui lui sont riverains, à la partie sud de la ville.
Et lors qu’un petit groupe de journalistes étrangers a pu rentrer, pour la première fois au camp, après que la bataille fut déclenchée le 19 Mai 1985, il a trouvé que la ville des taudis n’était qu’un mélange de maisons détruites, de morceaux de pierres et un amalgame de voitures et de murs percés de balles.
Le camp paraissait détruit, mais de façon assez mauvaise, comme il a été en 1982, après des semaines de raids israélites, lors de son invasion du Liban. Des centaines de personnes sont mortes, mais cette fois avec les mains des frères arabes; et on ne saura jamais le nombre exact de morts, de même qu’il s’est passé des histoires bizarres dans tous les camps, comme celle de la famille Laziz.
L’histoire commence ainsi: un mince rayon lumineux pénètre, à travers le trou d’un obus sur le mur, et éclaire assez suffisamment la partie noire, que constitue le sang de Laziz (16 ans), sur ce qui était une fois le mur de sa maison. Et d’un certain coin de la maison, bâtie à l’aide de la terre cuite, apparait une photo en couleur d’une belle fille, aux cils noirs et vêtue en blanc, alors qu’elle prenait sa petite fille dans ses bras.
Maha Laziz, avec ses sœurs, était en train de faire du pain rond, qui constitue la base de la vie, lorsqu’un mortier a frappé la maison. Et après cinq jours, sa maman Hoyam a dit: une des mains de sa fille était trouvée sur un lot de tapis, posé sur le mur pour faire protection.
La mère a hurlé soudainement en disant: « C’était celle-là la plus difficile pour nous, même les israélites n’ont pas fait cela avec nous, même Al Kattaib ne l’ont pas fait »… (Voir la référence précédente, page 65).
Le rapport du journaliste David Blandy du ‘Sunday Times’ britannique dit: « Les pertes humaines sont très lourdes, et l’organisation Amal, malgré sa suprématie en nombre et en armement, et malgré l’aide de la sixième troupe de l’armée libanaise, a échoué dans la réalisation d’une victoire décisive, et il y a un rapport qui stipule qu’elle a eu une perte en hommes d’à peu près 400 et plus de mille blessés, mais quand aux statistiques palestiniennes, il n’y a pas de nombre précis…
En général, les informations qui se rapportent aux tueries, sont diffusées à une grande échelle mondiale, mais la peur et les menaces, sont arrivées à tel point que les sources d’information ont retiré leurs correspondants, par peur d’être kidnappés ou tués, et sont restées sans informations de ce qui se fait comme tueries, et la minorité de ceux qui sont restés ne peuvent pas travailler correctement et travaillent dans des conditions très dangereuses.
Il était possible de diffuser les informations des tueries et les opérations de meurtre commises par les israélites, pour la bonne raison que les dirigeants d’Amal recevaient les correspondants et les encourageaient à regarder et diffuser les informations relatives aux opérations israélites. Mais maintenant, l’organisation Amal impose sa censure sévère, à cause de ses opérations dans les camps, tout en essayant de limiter au maximum la diffusion des informations des tueries) (Voir la page 62 de la référence précédente).
Le journal italien ‘Répuplica’ a rapporté qu’un palestinien, parmi les handicapés, qui ne pouvait pas marcher, et ceci depuis des années, a levé la main pour demander secours aux soldats d’Amal, dans le village Chatila… Alors la réponse a été quelques balles qui l’ont rendu mort… et le journal a dit, en commentant cet acte: (C’est l’atrocité en chair et en os).
Le correspondant du journal ‘Sunday Telegraph’ à Beyrouth a dit qu’un bon nombre de palestiniens ont été tué dans les hôpitaux de Beyrouth, et qu’un certain nombre de cadavres avaient la tête coupée, au niveau des cous.
Le Front de Libération de la Palestine a édité un bon nombre de déclarations, lors de la guerre des camps, dont la plus répandue était celle qu’a édité la presse arabe le 30 Mai 1985, où il a été dit: « Les maisons ont été détruites, les mosquées démolies, les réservoirs d’eau explosés, l’eau et l’électricité coupées, les denrées épuisées, les blessés sans docteurs et sans médicaments, et les corps des martyrs dans les rues, à cause du blocus d’Amal et de la sixième et la huitième troupes et ceux qui les supportent, parmi les berbères).
Les palestiniens ont affirmé dans leurs déclarations que ce qu’il leur est arrivé à l’aide des chiites de l’organisation Amal, n’a jamais eu lieu, même pendant l’invasion israélienne (Voir la déclaration diffusée par les journaux arabes du 30 Mai 1985, et plus précisément le journal Koétien ‘Al WaTan’, suivant la presse d’Amal et celle des camps palestiniens, page 58).
Le cheikh Achawkani, qui a vécu avec les chiites et qui les a bien testé: « Il n’y a jamais de paix avec ArrafiDi (chiite) pour celui qui le conteste à propos de sa religion et qui n’est pas chiite, car il se permet son argent et son sang, à la moindre occasion qui se présente à lui, car leur religion leur enseigne ça, et tout ce qu’il fait apparaître comme bonté n’est que latence, dont l’effet disparait à la première occasion » (Voir ‘Talab Al ‘Ilm’, pages 70-71).

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Josue
| Passion Templiers
| AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08