Eazy Islam

pratique et pacifique, tel qu’il est … naturellement

Archive pour la catégorie 'DOGME CHIITE'

Qui a tué le plus de palestiniens, les chiites ou les israélites?

Posté : 7 mars, 2011 @ 4:04 dans DOGME CHIITE | Pas de commentaires »

Qui a tué plus de palestiniens: les sionistes ou les chiites?
L’organisation Amal chiite dans le Liban et la tuerie de Sabra et Chatila:
Le nom de Moussa Sadr s’est fait répété dans les rangs islamiques avant quelques années, de même que celui de son organisation chiite Amal, qu’il a crée au Liban. Mais ce que beaucoup de gens oublient, c’est que cette personnalité et cette organisation ont joué un très sale rôle dans les tueries des sunnites au Liban, comme c’était le rôle d’ATToussi et Ibno l’AlQami et les autres chiites qui haïssent les gens de la sounnah, comme Allah a dit: (En tant que descendants les uns des autres, et Allah est Audient et Omniscient).
Après l’occupation juive de la Palestine, beaucoup de palestiniens expatriés ont rejoint les pays voisins, alors que le Liban s’est octroyé la plus grande partie d’eux. Ces derniers ont constitué des regroupements qu’ils ont habité, et qu’on a appelé par la suite ‘camps de réfugiés’.
Ces camps étaient pour les chrétiens maronites et les chiites des douze imams, une sale tumeur, qu’il fallait extraire à tout prix.
Les chrétiens ont donc envahit les camps de Sabra et Chatila en l’année 1982, à l’aide d’un groupe armé intitulé ‘Al Katâib’ et un groupe armé de l’armée juive, où ils ont commis le pire que peut commettre l’humain comme tueries, décapitations, déformations et tortures…(Voir ‘Amal Al Mokhayamat Al Falastiniyyah’, pages 33 et suivantes).
Les chrétiens et les juifs ont eu ce qu’ils avaient voulu, en ayant eu leur satisfaction en tueries, et ceci sous l’œil et l’ouïe des chiites du Liban et de l’organisation Amal, qui représentait la partie armée de la cour suprême chiite, laquelle n’a pas bougé le petit doigt, pour arrêter cette attaque injuste…
Le tour des chiites est arrivé pour avoir leur part aussi et commettre la deuxième tuerie de Sabra et Chatila, laquelle était beaucoup meurtrière et plus difficile…
Ainsi, sous prétexte que certains résistants palestiniens se sont infiltrés dans les camps des réfugiés, l’organisation Amal, sous la présidence de Nabih Barri et Moussa Sadr, avec l’appui du sixième troupe de l’armée libanaise et avec l’aide des dorouzes, a envahi les camps de Sabra et Chatila et le camp de Borj Albarajna, le 20 Mai 1985, et y ont fait une tuerie qui a duré à peu près un mois, pendant laquelle les palestiniens ont vu ce qu’ils n’avaient jamais vu auparavant!!
Le rapport du journaliste Jon Kifner, du journal ‘New York Times’ rapporte que: « Le dimanche 22 Juin 1985, le camp des réfugiés Borj Albrajna était calme, après que la solution de paix ait pu résister, laquelle solution a été proposée par la Syrie, après un mois de bataille, durant lequel les milices de l’organisation Amal ont essayé de mater toute espèce d’existence militaire palestinienne à Beyrouth.
En fait le camp Borj Albrajna a résisté avec audace, encore plus prononcée que celle des camps Sabra et Chatila, qui lui sont riverains, à la partie sud de la ville.
Et lors qu’un petit groupe de journalistes étrangers a pu rentrer, pour la première fois au camp, après que la bataille fut déclenchée le 19 Mai 1985, il a trouvé que la ville des taudis n’était qu’un mélange de maisons détruites, de morceaux de pierres et un amalgame de voitures et de murs percés de balles.
Le camp paraissait détruit, mais de façon assez mauvaise, comme il a été en 1982, après des semaines de raids israélites, lors de son invasion du Liban. Des centaines de personnes sont mortes, mais cette fois avec les mains des frères arabes; et on ne saura jamais le nombre exact de morts, de même qu’il s’est passé des histoires bizarres dans tous les camps, comme celle de la famille Laziz.
L’histoire commence ainsi: un mince rayon lumineux pénètre, à travers le trou d’un obus sur le mur, et éclaire assez suffisamment la partie noire, que constitue le sang de Laziz (16 ans), sur ce qui était une fois le mur de sa maison. Et d’un certain coin de la maison, bâtie à l’aide de la terre cuite, apparait une photo en couleur d’une belle fille, aux cils noirs et vêtue en blanc, alors qu’elle prenait sa petite fille dans ses bras.
Maha Laziz, avec ses sœurs, était en train de faire du pain rond, qui constitue la base de la vie, lorsqu’un mortier a frappé la maison. Et après cinq jours, sa maman Hoyam a dit: une des mains de sa fille était trouvée sur un lot de tapis, posé sur le mur pour faire protection.
La mère a hurlé soudainement en disant: « C’était celle-là la plus difficile pour nous, même les israélites n’ont pas fait cela avec nous, même Al Kattaib ne l’ont pas fait »… (Voir la référence précédente, page 65).
Le rapport du journaliste David Blandy du ‘Sunday Times’ britannique dit: « Les pertes humaines sont très lourdes, et l’organisation Amal, malgré sa suprématie en nombre et en armement, et malgré l’aide de la sixième troupe de l’armée libanaise, a échoué dans la réalisation d’une victoire décisive, et il y a un rapport qui stipule qu’elle a eu une perte en hommes d’à peu près 400 et plus de mille blessés, mais quand aux statistiques palestiniennes, il n’y a pas de nombre précis…
En général, les informations qui se rapportent aux tueries, sont diffusées à une grande échelle mondiale, mais la peur et les menaces, sont arrivées à tel point que les sources d’information ont retiré leurs correspondants, par peur d’être kidnappés ou tués, et sont restées sans informations de ce qui se fait comme tueries, et la minorité de ceux qui sont restés ne peuvent pas travailler correctement et travaillent dans des conditions très dangereuses.
Il était possible de diffuser les informations des tueries et les opérations de meurtre commises par les israélites, pour la bonne raison que les dirigeants d’Amal recevaient les correspondants et les encourageaient à regarder et diffuser les informations relatives aux opérations israélites. Mais maintenant, l’organisation Amal impose sa censure sévère, à cause de ses opérations dans les camps, tout en essayant de limiter au maximum la diffusion des informations des tueries) (Voir la page 62 de la référence précédente).
Le journal italien ‘Répuplica’ a rapporté qu’un palestinien, parmi les handicapés, qui ne pouvait pas marcher, et ceci depuis des années, a levé la main pour demander secours aux soldats d’Amal, dans le village Chatila… Alors la réponse a été quelques balles qui l’ont rendu mort… et le journal a dit, en commentant cet acte: (C’est l’atrocité en chair et en os).
Le correspondant du journal ‘Sunday Telegraph’ à Beyrouth a dit qu’un bon nombre de palestiniens ont été tué dans les hôpitaux de Beyrouth, et qu’un certain nombre de cadavres avaient la tête coupée, au niveau des cous.
Le Front de Libération de la Palestine a édité un bon nombre de déclarations, lors de la guerre des camps, dont la plus répandue était celle qu’a édité la presse arabe le 30 Mai 1985, où il a été dit: « Les maisons ont été détruites, les mosquées démolies, les réservoirs d’eau explosés, l’eau et l’électricité coupées, les denrées épuisées, les blessés sans docteurs et sans médicaments, et les corps des martyrs dans les rues, à cause du blocus d’Amal et de la sixième et la huitième troupes et ceux qui les supportent, parmi les berbères).
Les palestiniens ont affirmé dans leurs déclarations que ce qu’il leur est arrivé à l’aide des chiites de l’organisation Amal, n’a jamais eu lieu, même pendant l’invasion israélienne (Voir la déclaration diffusée par les journaux arabes du 30 Mai 1985, et plus précisément le journal Koétien ‘Al WaTan’, suivant la presse d’Amal et celle des camps palestiniens, page 58).
Le cheikh Achawkani, qui a vécu avec les chiites et qui les a bien testé: « Il n’y a jamais de paix avec ArrafiDi (chiite) pour celui qui le conteste à propos de sa religion et qui n’est pas chiite, car il se permet son argent et son sang, à la moindre occasion qui se présente à lui, car leur religion leur enseigne ça, et tout ce qu’il fait apparaître comme bonté n’est que latence, dont l’effet disparait à la première occasion » (Voir ‘Talab Al ‘Ilm’, pages 70-71).

CROIS-TU AUX MIRACLES DES IMAMS CHIITES?!!!

Posté : 24 février, 2009 @ 7:31 dans DOGME CHIITE | Pas de commentaires »

Aun nom d’Allah, louage à Allah et prière et salut sur le messager d’Allah

Les miracles des imams : Allah a particularisé Ses messagers de miracles qui sont leurs preuves devant les gens, pour qu’ils sachent que ce qu’ils leurs apportent comme message émane bien du créateur de la terre et du ciel, Celui qui fait marcher cet univers avec ces lois célestes, qui sont inébranlables, sauf si la force divine intervient pour annuler leurs effets. Ainsi le feu brûle sauf si Allah veut qu’elle ne brûle pas, de même que le mort ne peut revenir à la vie sauf si Allah le veut, et ainsi de suite, pour tous les miracles, de façon à ce que ces miracles sont des exceptions à ces lois, qu’aucun n’est capable de transgresser sauf Celui qui les a instaurés la  première fois, afin que les gens soient convaincus qu’Il va les ressusciter. Ces miracles constituent aussi une preuve contre les gens, afin que ceux qu’Allah a voulu, soient guidés vers la voie droite, car cette vérité ne peut être repoussée que par quelqu’un qui est orgueilleux et se qui considère supérieur, comme Allah dit dans le verset : قَالَ يَا إِبْلِيسُ مَا مَنَعَكَ أَنْ تَسْجُدَ لِمَا خَلَقْتُ بِيَدَيَّ أَسْتَكْبَرْتَ أَمْ كُنْتَ مِنَ الْعَالِينَ 

Allah lui dit: « O ‘Iblîs, qui t’a empêché de te prosterner devant ce que J’ai créé de Mes mains? T’enfles-tu d’orgueil ou te considères-tu parmi les hauts placés? » Et comme le poste de l’imam (imamah) est pareil que la prophétie, et le messager est comme l’imam, dans leur vision, les chiites prétendent qu’Allah a soutenu les imams par des miracles qui renforcent  leur prétention d’imamah afin de les montrer aux gens. Leur savant Hâchim Al BaHrâni dit : « Saches que les miracles des prophètes et des imams sont des preuves de leur véracité sur la prétention de prophète ou d’imam, parce que Celui qui  fait le miracle en réalité c’est Allah, Exalté soit-Il, et que c’est bien Lui, en fait, qui leur permet de les faire. Parmi ces miracles, on peut citer l’écriture de leurs noms sur les pieds du trône et sur les masques et le soleil et la lune et tout ce qui ressemble à ces choses là, telle que l’écriture de leurs noms sur les arbres et autres » (voir ville des miracles ‘Madinat Al Ma’âjiz’ de Hâchim Al BaHrâni, volume 1 page 41). C’est pour ça qu’ils confirment dans leurs livres ce dogme en disant : « Certes, l’apparition du miracle du prophète ou de l’imam est un témoin de sa véracité, car s’il était menteur, il aurait été obligatoire que Le Sage Le Très Haut dévoile son mensonge, sinon Il aurait aider à la déroute, et ceci ne peut pas provenir de Lui , Exalté soit-Il (voir Début des connaissances divines dans l’explication du dogme des imamiayh ‘Bidayato Lma’ârifi Lilâhhiyati Fi CharHi ‘AQâidi Limâmiyyah’, du Ssayyed MoHsine Al Khazâzi, volume 1, page 246). 

Ils ont par conséquent tissé pour chaque imam des miracles qui prouvent son imamah, et qui musèlent les opposants, et qui constitue une preuve entre ses mains. En effet, l’imam Zayno L’âbidine, lorsque son oncle Mohamamd Ibno LHanafiyyah s’est querellé avec lui pour lui prendre l’imamah, ils ont pris la pierre noire (de la ka’aba) comme juge et ils ont rapporté que : « La pierre noire a commencé à se mouvoir  d’elle-même, jusqu’à ce qu’elle ait faillit s’enlever de sa place, puis Allah l’a faite parler en langue arabe, très claire et elle a dit : qu’Allah témoigne que le testament et l’imamah après AL Hosayn Bno ‘Ali, salut sur eux, est pour ‘Ali Bno LHosayni Bno ‘Ali Bno FâTimah fille du prophète, prière et salut sur lui » (voir les océans des lumières, d’Al Mjlissi, volume 42, page 82,87 et il l’a répété dans dix endroits et dans : résumé des clairvoyances ‘Mokhtasar Al Basâ ir’, page 14 et l’absence ‘Al ghaybah’ du Toussi, pages 16, 119). Et lorsque Zayd Bno LHasan s’est querellé avec l’imam Al BâQir à propos de l’imamah, il a ordonné à un couteau, qui était dans la main de Zaid, de parler:  » Alors le couteau s’est détaché de la main de Zaid Bno Lhasan et est tombé par terre puis il a dit: Ô Zaid, tu es injuste et Mohamamd a plus de droit sur toi et prioritaire, et si tu ne t’arrêtes pas, je tacherais de te tuer’, puis ils prétendent aussi : ‘qu’il a ordonné à une grande pierre qui était du coté de Zaid de trembler jusqu’à ce qu’elle ait faillit se fendre en deux, alors la grande pierre qui était du côté de mon père (l’imam Al BâQir, car le narrateur est son fils) n’a pas tremblée, puis elle a dit: Ô Zaid, tu es injuste, et Mohammad est prioritaire sur toi au sujet de l’imamah, eh bien laisse le tranquille ou bien je vais me charger de te tuer. Zaid s’est évanoui donc, et mon père lui a tenu par la main et l’a mis debout et lui dit: ‘Ô Zaid, t’arrêterais-tu si tu voyais cet arbre venir à moi à mon appel, il a dit oui. Mon père, paix sur lui, a alors appellé l’arbre qui n’a pas refusé de fendre la terre et venir à lui jusqu’à ce qu’il les a ombré et il dit: Ô Zaid tu es injuste, et MoHammad est prioritaire sur toi au sujet de l’imamah, alors arrête ou bien je te tue’ etc…. jusqu’à la fin de l’histoire (voir Mer des lummières ‘biHâro Lanwâr’ du savant Al Majlissi, volume 46, pages 329-330 et la spécialisation ‘al ikhtisâs’ page 201). Ce Zaid est bien celui autour duquel les chiites se sont divisés en deux parties: une qui dit que c’est lui l’imam et l’autre dit que c’est Al BâQir qui est l’imam. Ceux qui ont suivi Zaid se sont fait appelé les Zaidistes ‘Azzaydiyyah’, qui existent de nos jours dans quelques villes du Yémén, et qui ne croient pas à beaucoup de ces fausses croyances, et ils sont le groupe chiite le plus proche de la sounnah. Les chiites ont inventét aussi à leurs imams des miracles comme pour les prophètes, et comme le prophète SâliH a fait sortir à son peuple une chamelle d’une grande pierre massive, ils disent que ‘Ali, lorsqu’un homme vint lui demander de l’argent qu’il prétendait avoir prêté au prophète, prière et salut sur lui et sur sa famille, dans son vivant, alors ‘Ali a demandé à son fils de sortir avec lui jusqu’à atteindre une grande pierre massive, à laquelle il a demandé de bouger, et sont sorties d’elle cent chamelles, chacune tirant l’autre par son muselière (voir Particularités des imams ‘khasâiso l-aimmah’, du Cherif ArriDa, pages 49-50). Et si Moise avait ressuscité un mort qui avait été tué par sa tribu, alors ‘Ali aussi a fait ressuscité un tué, pour leur montrer son tueur, et ceci avec l’ordre d’Allah’; Allah est plus Haut que leurs dires certes. 

En fait les miracles de leurs imams sont très nombreux, à tel point qu’il impossible de les compter ou dénombrer, et leurs livres rivalisent les livres de jurisprudence quant à leur nombre et diversité. Je vais essayer de toutes mes forces de choisir, à partir de ce que j’ai devant moi comme versions, celui qui va se rapprocher le plus de l’imagination des gens et non pas du cerveau, car ce que j’ai devant moi est très loin de la logique, afin que je puisse mettre le lecteur dans le bain, pour sentir la grande valeur de l’imam et ses possibilités chez les chiites, et pour voir jusqu’à tel point la mythologie est bien ancrée dans leurs esprits. Après le choix et la sélection, je vous cite ici ce qui est obligatoire à citer de ces narrations que les gens qui ont un cerveau n’osent dire, et à fortiori les prophètes… Ils ont rapportés avec leurs chaines de narration, qu’un djinn était assis chez le prophète, prière et salut sur lui et sa famille, lorsque l’émir des croyants ‘Ali est arrivé, alors le djinn a demandé secours et dit : « Protège moi, Ô messager d’Allah, de ce jeune qui arrive. Il a dit : qu’est ce qu’il t’a fait ? il a dit : je me suis rebellé contre Salomon, et il m’a envoyé un groupe de djinns, mais je leur ai échappé, puis il est venu ce cavalier et m’a fait prisonnier et m’a blessé, et voilà la place de la blessure qui ne s’est pas encore  cicatrisée (voir Ville des miracles ‘Madinat Al Ma’âjiz’ de Hâchim Al BaHrâni, volume 1 page 142). Ils ont rapporté aussi Qu’ibno Mas’oud a dit :  » on était avec le prophète, prière et salut sur lui et sa famille, lorsque ‘Ali Bno Abi Tâlib rentre et le messager d’Allah a dit alors : « Ô Aba lHasan, veux-tu que je te montres ta valeur chez Allah ? Il a dit oui, messager d’Allah, je suis à même de sacrifier mon père et ma mère pour toi. Il a dit : tu vas aller au soleil demain avec moi et il va te parler, avec la permission d’Allah… jusqu’au moment où il lui dit : alors ‘Ali lui a dit : paix et miséricorde d’Allah sur toi et soit bénis, ô créature esgourde et obéissante ; le soleil a dit :  et paix et miséricorde d’Allah sur toi et soit bénis, ô le meilleur des héritiers, on t’a donné dans cette vie d’ici bas et dans l’au-delà, ce qu’aucun œil n’a vu et qu’aucune oreille n’a entendu, puis ‘Ali, salut sur lui, a dit : qu’est ce qu’il m’a été donné ? il a dit : on ne m’a pas permis de t’en informer, mais félicitations pour la science et la sagesse dans la vie d’ici bas et l’au-delà » (voir Ville des miracles ‘Madinat Al Ma’âjiz’ de Hâchim Al BaHrâni, volume 1 page 220). 

SAIS-TU QUE LES IMAMS DES CHIITES CONNAISSENT L’INVISIBLE?!!!

Posté : 24 février, 2009 @ 9:55 dans DOGME CHIITE | Pas de commentaires »

Au nom d’Allah, louange à Allah et prière et salut sur le messager d’Allah 

La connaissance de l’inconnaissable par les imams chiites: 

Le consensus est bien établi, entre les gens de l’islam, qu’Allah Seul connait l’invisible, et qu’Il n’en fait connaissance qu’à ceux qu’Il agrée parmi Ses messagers qui transmettent Son message, comme Il a dit dans la sourate des djinns, verset 72/26-27 : (C’est Lui) qui connaît le mystère. Il ne dévoile Son mystère à personne, sauf à celui qu’Il agrée comme Messager et qu’Il fait précéder et suivre de gardiens vigilants, et comme Il a dit aussi dans le verset 27/65 : Dis: Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connaît l’Inconnaissable, à part Allah… et il a dit aussi, dans le verset 11/31, sur la langue de Son messager Noé : Et je ne vous dis pas que je détiens les trésors d’Allah, je ne connais pas l’Inconnaissable,,, et sur la langue de Mohammad (prière et salut sur lui), dans le verset 7/188 : …Et si je connaissais l’Inconnaissable, j’aurais eu des biens en abondance et aucun mal ne m’aurait touché. Je ne suis, pour les gens qui croient, qu’un avertisseur et un annonciateur. 

Voilà donc que les grands prophètes renient  tous la connaissance de l’inconnaissable, mais les chiites prétendent que leurs imams le connaissent, et qu’ils ont été plus loin encore dans ça, à tel point qu’ils ont inventé des hadiths qui sont tellement nombreux qu’il y a de quoi lasser les plumes des écrivains, et fatiguer les doigts des comptables (s’ils se seraient donnés la peine de les compter). 

De ces hadiths, on peut citer celui rapporté par Al Kolayni dans son livre Al Kâfi, qui correspond à Al Boukhari chez nous, dans lequel il a réservé des chapitres entiers à la connaissance de l’inconnaissable, tels que : Chapitre : les imams, paix sur eux, savent ce qui s’est passé et ce qui va se passer, et que rien ne leur est inconnu (volume 1, page 260), et chapitre : les imams, paix sur eux, savent quand est ce qu’ils vont mourir, et qu’ils ne meurent que par leur propre choix (volume 1, page 258), et chapitre : les imams, paix sur eux, savent toutes les sciences qui ont été donnés aux anges et aux prophètes (paix sur eux) (volume 1, page 155). 

Sous chacun de ses chapitres on trouve des dizaines de hadiths, que la plume sèche de peur de les écrire, et que les doigts tremblent de la monstruosité de ce qu’il y a dedans, telle que cette narration, qu’ils octroient à ‘Ali, qu’Allah soit satisfait de lui, et dans laquelle il est dit : et on m’a donné des vertus que personne n’a eu avant moi, je connais les décès et les désastres, les origines et l’art de parler, et ce qui m’a précédé ne m’a surpassé, et ce qui est loin de moi ne m’y échappe pas, j’annonce les bonnes nouvelles et je parle en Son Nom, tout ceci est d’Allah Il me l’a permis avec Sa Science (Al Kâfi, Ashshaykh Al Kolayni, volume 1, page 196-197). Et dans une autre version, selon Ja’far Ibno Mohammad qui dit : Amir Al Mominin (nom qu’ils donnent à ‘Ali Bno Abî Tâlib) (paix sur lui) a dit : on m’a donné neuf (choses) que personne d’autre que le prophète (prière et salut sur lui) n’a eu avant moi : il m’a été ouvert toutes les voies:  je connais les décès et les désastres, les origines et l’art de parler, et j’ai vu dans l’univers avec l’ordre de mon Seigneur, et ce qui m’a précédé ne m’a surpassé, et ce qui s’est passé avant moi ne m’a pas échappé, et ce qui viendra après moi aussi ne m’échapperas pas et ce n’est qu’avec ma tutelle qu’Allah a complété à cette nation sa religion et avec elle  a fini les faveurs et leur a accepté l’islam comme religion (Amâli ATToussi ,page 205).  L’imam  Al MoDhaffar dans la science de l’imam dit : quant à sa science, lui il reçoit les connaissances et les jugements divins et toutes les informations de la voie du prophète, ou de l’imam précédent. Et s’il y a une nouveauté, il est obligatoire qu’il la connaisse à travers l’inspiration sanctuaire qu’Allah a mis en lui, et s’il se concentre vers quelque chose et qu’il veut la connaître, il la connait en vérité, et il ne se trompe jamais et ne doute jamais et il n’a besoin pou cela d’aucune preuves logiques, ni d’apprentissage des enseignants, malgré que sa science accepte l’agrandissement et l’intensification (croyances des imamites, pages 67 et 68). 

Mais plutôt ils pensent que leur imams peuvent regarder sur la planche protégée (dans les cieux). Un certain contemporain d’entre eux, qui s’appelle Achaykh Gholâm Rida,  dit : les exégètes les plus sûrs pensent que le verset : لا يَمَسُّهُ إِلا الْمُطَهَّرُونَ  56/79 : que seuls les purs touchent;  c‘est-à-dire le livre caché qui est la planche protégée, et par conséquent on en déduit du verset que les personnes qu’Allah a purifié sont capables de regarder ce qu’il y a dans cette planche et ses vérités qui sont l’invisible des terres et des cieux (la réplique sur les suspicions des wahabites, Achaykh Gholâm Rida Kardan, page 17).

J’ai eu l’occasion de discuter avec lui ce point là, lorsque je l’ai  rencontré à Qom, et il m’a confirmé que le toucher est à deux niveaux : le toucher physique et le toucher abstrait, et que le toucher voulu ici est l’abstrait, et le but du verset est que les imams regardent sur la planche protégée, et que ce sont bien eux les purifiés désignés par ce dernier. C’est pour ça qu’ils savent tout ce qui arrive, comme c’est cité dans leurs narrations : « et n’importe quelle nuit qui arrive, alors toutes les nouvelles de toute terre sont chez nous et tout ce qui se passe dans cette dernière, et les nouvelles des djinns et les nouvelles des gens de caprice des anges et chaque ange qui meurt sur terre et qui se remplace par un autre, alors on en est informé de même comment était son comportement parmi ceux qui l’ont précédés, et chaque terre parmi les six jusqu’à la septième nous en sommes informés aussi » (le complet des visites ‘kâmil azziyârât’ de Ja’far Ibno Mohamamd Ibno Qawlawih, pages 541 et 542). Et cette science assez détaillée de ce qui arrive est une caractéristique d’Allah et que personne ne se la partage avec Lui, comme Il dit dans le verset : وَعِنْدَهُ مَفَاتِحُ الْغَيْبِ لا يَعْلَمُهَا إِلا هُوَ وَيَعْلَمُ مَا فِي الْبَرِّ وَالْبَحْرِ وَمَا تَسْقُطُ مِنْ وَرَقَةٍ إِلا يَعْلَمُهَا وَلا حَبَّةٍ فِي ظُلُمَاتِ الأَرْضِ وَلا رَطْبٍ وَلا يَابِسٍ إِلا فِي كِتَابٍ مُبِينٍ.  6/59 :

C’est Lui qui détient les clefs de l’Inconnaissable. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe qu’Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. qui stipule qu’il n’y a que Celui qui a crée cet univers, qui Seul connait le détail de ce qui s’y passe, et comme tu as vu, les chiites octroient à leurs imams pareille science, comme ils rapportent que ‘Ali, qu’Allah soit satisfait de lui, comme ils prétendent, a dit à quelqu’un : «  connais-tu ce qui s’est passé hier ? -         Une maison s’est effondrée en chine, -         La tour de Majine a explosée, -         Le mur de Sarnadibe est tombé, -         L’archevêque de Rome a été vaincu en Arménie, -         Le dayan des juifs a été perdu à Abla,  -         Les fourmis se sont déchaînées dans le fleuve des fourmis, -         Le roi  d’Afrique est décédé, étais-tu au courant de tout ça ? il a dit : non Ô émir des croyants, il a dit : hier soixante dix mille savants ont été heureux, et est né chaque année pareil nombre, et cette nuit il va en mourir autant » (Al IHtijâj du Tobrossi, page 558). Et bien regarde la grande distance qui sépare la chine de l’Afrique, plutôt celle entre le ciel et la terre, et comment l’imam connait tout ce qui se passe dans tous ces mondes. Tout ceci pousse alors donc à revoir la signification des versets qui ont limités la connaissance de l’invisible à Allah, Exalté et Glorifié soit-Il, et L’ont caractérisés Seul par ces choses et les signes de sa Gloire, mais plutôt c’est l’abolition pure et simple et la contradiction de tous ces versets. Et j’ai fait un débat sur ce point, avec un certain Ayatollah, Assayid ‘Ali Madadi, chez lui, pendant six heurs d’affilé, et il m’a confirmé qu’il y a consensus des chiites sur la connaissance de l’invisible par l’imam, sauf leur référence Al Khoiy, qui a dit que les imams savent s’ils le veulent et non pas qu’ils ont la science en absolu. Allah a dit vrai dans le verset:  قُلْ لَا يَعْلَمُ مَنْ فِي السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ الْغَيْبَ إِلَّا اللَّهُ وَمَا يَشْعُرُونَ أَيَّانَ يُبْعَثُونَ بَلِ ادَّارَكَ عِلْمُهُمْ فِي الْآخِرَةِ بَلْ هُمْ فِي شَكٍّ مِنْهَا بَلْ هُمْ مِنْهَا عَمُونَ. 27/65-66 : Dis: « Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connaît l’Inconnaissable, à part Allah ». Et ils ne savent pas quand ils seront ressuscités! Mais leurs sciences se sont rejointes au sujet de l’autre monde. Ils doutent plutôt là-dessus. Ou plutôt ils sont aveugles à son sujet. 

EN QUOI DOIT CROIRE LE CHIITE?

Posté : 19 février, 2009 @ 9:43 dans DOGME CHIITE | Pas de commentaires »

Que fera le Mehdi, lors de sa sortie ?

Laissons nous surpasser le temps, et que nous pliâmes les années, et que l’on arrive à la fin des temps, afin de voir ce qui va se passer lorsqu’il sortira ce Qâim qui, soi-disant, va remplir la terre de justice, après qu’elle ait été remplie de tyrannie et d’injustice et voyons voir ce qui va se passer après cette absence et cette longue attente, et qu’est ce qu’il va faire ce bienfaiteur ?  Je dis : « et qu’est ce qu’il peut faire, alors que pendant tous ces siècles, il n’a fait que se cacher dans une grotte telle que celle de la taupe ou plus petite, par peur d’être tué ? ». Je voudrais, mon frère, que tu médites bien dans ces narrations, en les lisant minutieusement, peut être bien que la bibliographie de ce Mehdi te dévoile beaucoup de choses à propos de la personnalité de celui qui a inventé cette hérésie et que tu déniches les traits de l’auteur de cette fable.  

Et si le premier travail de notre glorieux prophète, lors de son entrée à Médine en tant que dirigeant des musulmans, était de fraterniser les Mohâjirîns et Al-ansâr, faisant de la fraternité le slogan de son état, et le symbole de sa politique, alors voyons voir celui qu’ils prétendent être parmi ses fils, comment il va commencer la marche vers la construction et le rétablissement, pour changer ce monde et remplir la terre de justice, après qu’elle ait été remplie d’injustice et de tyrannie, et quel sera son premier travail, après qu’il sera sorti de sa cachette et se montrera de son terrir. 

Selon Abî ‘Abdillah qui a dit : « Sais-tu avec quoi il va commencer Al-Qâim, paix sur lui ? J’ai dit : non, il a dit : il va sortir ces deux là (Abou Bakr et ‘Omar, qu’Allah les agrée) encore moites et tendres et les brûlera et les fera disperser par les vents, et il cassera la mosquée » (voir ‘Mer des océans’ d’Al-majlisy, volume 52, page 386). Et selon lui aussi, il a dit : « Lorsqu’Al-Qâim, paix sur lui, arrivera et qu’il se dressa pour détruire le mur qui est sur la tombe, alors Allah, Le Très Haut, enverra un vent très fort et des foudres et des tonnerres, jusqu’à ce que les gens se disent : ceci est certainement pour cela, et ses amis se disperseront, jusqu’à ce qu’il n’en reste aucun avec lui – et ceci est bien leur habitude, comme ils ont fait avec Al-hussein Bno ‘Ali, lorsqu’ils l’ont appelé à venir à Al-koufah, et l’ont trahit et se sont dispersés de lui, en l’exposant à la mort -, et il prendra la pelle avec sa main, et lorsqu’il frappe le premier coup avec la pelle, ses amis reviennent à lui, quand ils le voient frapper avec sa main avec la pelle, et ce jour il sera le jour de classement des gens en fonction de leur rang d’arrivée à lui, et ils détruisent le mur et ils les feront sortir moites et tendres et il les fera sortir de la miséricorde d’Allah, et se désavouera d’eux, et les crucifiera et il les fera descendre et les brûlera et les fera disperser par les vents » (voir le livre précédent). Et dans une  autre narration, et quand il rentrera à Médine : « il fera sortir Allât et Al-‘Ozzâ et il les brûlera » (voir précédent page 283) et à Al-majlisy de commenter ça, après avoir rapporté la même narration, en disant que Allat et Al-‘Ozzaâ sont les deux statues de Qoraich : Abou Bkr et ‘Omar » (voir le précédent livre). Il a dit aussi en commentant une autre narration : « Peut être que ce qui est voulu par faire l’acte est le fait de brûler les deux cheikhs répudiés » (page 346 du précédent ouvrage), et il guérira avec ça les cœurs des tuteurs d’Allah, comme s’est rapporté dans un hadith Qudsi chez eux, qu’Allah a fait voir à Mohammad, prière et salut sur lui, Al-Mehdi et les imams et il a dit : « Ô My Lord, qui sont ceux-là ? Il a dit : eux, ce sont les imams et celui-là c’est Al-Qâim qui va rendre licite ce que j’ai rendu licite et rendre illicite ce que j’ai rendu illicite, et avec lui je me venge de mes ennemis, et c’est lui le repos de mes tuteurs et c’est lui qui va guérir les cœurs de tes chia (ceux qui t’accostent) des tyrans et des méconnaisseurs et des mécréants, et il fera sortir Allat et Al-‘Ozzâ moites et les brûlera, et la tentation des gens apr eux est plus forte que celle du veau et du Sâmiriye » (voir page 379 de l’ouvrage précédent). 

Et quoi encore ? Il fera sortir ‘Aicha, la mère des croyants, de sa tombe et il fera exécuter la loi sur elle : Selon Abî Ja’far qui a dit : « Et s’il se relève notre Qâ’im, Al Humayrâ lui sera rendue, afin qu’il la batte en guise de punition religieuse et jusqu’à ce qu’il se venge pour la fille du prophète Fâtimah, paix sur elle, d’elle » (Mer des océans, volume 52, page 314 et d’autres).  Il fera beaucoup de tueries, surtout dans la tribu Qoraich et spécialement les arabes ! Selon Abî ‘Abdilalh, paix sur lui, qui dit : « S’il se relève Al Qâim de la famille du prophète, paix sur lui, il fera ressusciter cinq de Qoraich et il leur coupera les têtes, puis il fera la même chose pour cinq autres, jusqu’à ce qu’il aura fait ça six fois » (page 38 du précédent ouvrage). 

Quant aux arabes non Quraychites, il n’a de relation avec eux sauf l’égorgement. selon Abî ‘Abdillah qui dit : « Il ne reste entre lui et les arabes que l’égorgement, et il a désigné sa gorge de la main » (voir page 349 de l’ouvrage précité).

Et comment un homme arabe, va procéder à la tuerie des arabes qui sont sa tribu et sa famille, et quel est l’intérêt de cette tuerie ?!! N’y a-t-il pas parmi eux des bons musulmans, et même des chiites ?!!

Et si nous ne croyons pas à ce Mehdi et nous doutons à son sujet, alors ses partisans eux aussi, vont faire pareil, de ce qu’ils le verront faire lors de sa sortie et l’apparition de sa preuve, et de ce qu’ils verront de l’exagération dans la tuerie et de son atrocité !

Selon Abî Ja’far qui dit : « Si les gens savaient ce qu’Al Qâim ferait lorsqu’il sortirait, leur majorité aurait souhaitée ne pas le voir, de ce qu’il fera comme tueries dans les rangs des gens, et il ne commencera que par Qoraich, de laquelle il prend que l’épée et à elle il ne donne que l’épée, jusqu’à ce que beaucoup diront : celui là il n’est pas de la famille de Mohammad, s’il en était un, il aurait eu miséricorde » (page 354 du précédent ouvrage).

Et peut être bien qu’il n’est pas de la famille du prophète, comme ils ont dit, et qu’il est bien un juif, comme tu peux le lire dans ce qui suit, à propos de la personnalité de ce Mehdi attendu :

Selon Hodhayfah qui a dit : « Al Mehdi est un homme qui est un de mes fils, sa couleur est celle d’un arabe et son corps est un corps d’israélite, sur sa joue droite un point noir qui ressemble à un astre luisant, il remplira la terre de justice, comme elle a été remplie d’injustice. Tous les habitants, de la terre et du ciel, accepteront sa gouvernance, et les oiseaux dans le ciel » (voir les preuves de l’imamah ‘Dalâilo Limamah’, page 441). Et quand à l’acceptation de ceux qui sont dans le ciel, ce n’est pas évident, car Allah n’aime pas les malfaiteurs, et quant à celle de ceux qui sont sur terre, alors la nation des arabes entière ne va pas accepter.

Et comme c’est un israélite, il n’appliquera pas la loi de Mohammad, prière et salut sur lui, mais il appliquera celle de la famille de David.

Selon Abî ‘Abdillah qui a dit : S’il se relève Al Qâim de la famille de Mohammad, il appliquera la loi de David, paix sur lui, et il n’aura pas besoin de preuve » (voir ‘Al’irchâd’, page 413). Ce dernier ne suivra pas la tradition de son grand-père Mohammad, prière et salut sur lui, car leu imam Al BâQir a été questionné sue Al Mehdi, suivra-t-il la tradition de Mohammad, il a dit : « C’est impossible, le prophète, prière et salut sur lui, lui suivait la  voie douce avec sa nation, et il regroupait les gens autour de lui par le bon comportement, mais Al Qâim a été ordonné de suivre la voie de la tuerie et qu’il ne repentisse personne » (Mer des lumières, volume 52, page 354).

Certes, le prophète, prière et salut sur lui, suivait le coran, et celui là va venir avec un nouveau livre, autre que le coran : « les informations se sont multipliées, selon les purs imams, prière d’Allah sur eux, que l’imam des temps, le secret de l’instant et de la période, prière d’Allah et Son salut sur lui, viendra avec un nouveau livre, très dur pour les arabes et que la plupart de ses soldats seront des fils de non arabes » (Al Fawâid Al Madaniyyah wa Vhawâhid Lmakkiyyah de Mohammad Al Amine Al Istrabâdy, Assayed Noueddine Al ‘Amily, pages 532-533).

Les musulmans ne connaîtront un autre livre, autre que celui d’Allah, Le Très Haut, que si ce Mehdi était un fils de non arabe, sinon ces narrations seraient donc de leur invention et leur fabrication.

Nous pouvons maintenant avoir une idée sur la personnalité de ce Mehdi, en tenant compte de qui a été vu précédemment :

- Qu’il tuera les arabes et qu’il n’a entre lui et eux que l’épée.

- Que son corps est un corps d’israélite.

- Qu’il va régner avec la loi de David « les juif ».

- Que la plupart de ses soldats sont des fils de non arabes.

- Qu’il ne suivra pas la tradition de Mohamamd.

- Qu’il viendra avec un livre très dur pour les arabes.

Les gens se frustrent de sa méchanceté et de son amour au sang, «  et cette caractéristique est celle des juifs, jusqu’à nos jours ».

Et ça ce n’est un petit côté de la tradition de ce Mehdi, qui va remplir la terre de sang et de tuerie, au lieu de la remplir de miséricorde et de justice…

 

Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Josue
| Passion Templiers
| AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08