Eazy Islam

pratique et pacifique, tel qu’il est … naturellement

Hadith Khat’amiyyah

Ecrit par Abuhaamed Al Idrissi

 

Le hadith de la khat’amiyyah (femme de la tribu khat’am),

 est la forte preuve de la couverture du visage

 

Au nom d’Allah le très miséricordieux, le tout miséricordieux

 

Il est d’évidence que celui qui analyse le hadith de la khat’amiyyah s’aperçoit que c’est le cheval de bataille de tous ceux qui prônent le visage découvert.

Mais celui qui va dans le fond des choses, constate qu’à l’inverse de ce qu’il paraît, il est la plus grande preuve que la femme doit couvrir son visage devant les étrangers.

C’est vrai que ça paraît paradoxal à première vue, mais me dira-t-on, comment que ça se fait qu’il y a eu tellement d’encre qui a coulé à ce sujet là, et justement en usant de ce hadith comme preuve irréfutable chez certains.

En réalité j’ai voulu, dans cette étude scientifique et calme, déchiffrer cette énigme, et montrer combien ce hadith est preuve du contraire, en ce sens que c’est l’une des plus fortes preuves de l’obligation de se couvrir le visage.

En fait ce qui m’a poussé à faire cette recherche ce sont plusieurs choses :

la date du hadith (année dix de l’hégire)

l’endroit (le pèlerinage) puisque l’habit du pèlerinage est spécifique

le nombre de voies du hadith et le fait que les prôneurs du soufour (fait de se découvrir le visage) n’ont pas cherché à leur en trouver une interprétation commune comme ils doivent le faire, mais plutôt ont fait exactement le contraire et ont frappé un hadith contre l’autre

le hadith ne veut en aucun dire ce qu’ils ont voulu lui faire dire, et ne peut en aucun cas être considéré comme preuve, puisqu’il n’explicite pas le fait que la femme était découverte, et il est bien connu que s’il y a possibilité de multiples interprétations, on ne peut pas l’accepter comme preuve

le fait de se couvrir le visage est établi par des preuves irréfutables du coran et de la sounnah et de tous les compagnons, et à leur tête Omar que nous sommes tenus de suivre après le prophète ; et il est impossible de prouver le contraire par un seul hadith qui supporte des multitudes d’interprétations. Et il est très bien connu dans ce cas qu’il ne faut pas essayer d’abolir toutes ces preuves là par un simple hadith, mais plutôt chercher une interprétation qui coïncide avec les précédentes, comme le disent en théorie ceux qui prônent le soufour eux-mêmes, mais qui ne peuvent jamais le faire en pratique, mais préfèrent falsifier les textes pour en faire des pseudo preuves, mais hélas !!! Et j’ai peur que leur cas ne corresponde au verset de sourate Al an’aam (les bêtes)

La méthodologie poursuivie pour cette fin est la suivante :

  • - Citation de la majorité des hadiths de la kahat’amiyyah
  • - Arrangement chronologie dans le temps avec les autres hadiths relevant du même sujet
  • - Explication de ces hadiths par les savants imminents bien connus du domaine
  • - Interprétation commune de tous les hadiths, et non pas frapper l’un contre l’autre comme ça plaît aux prôneurs du soufour

Et déduire de cela une position commune tenant compte de toutes les preuves aussi bien du coran que de la sounnah.

 

Citation des hadiths

 

  • 1. Sahih Al Boukhari, livre du pèlerinage, chapitre du pèlerinage de celui qui ne peut pas se tenir sur la bête numéro 1721: D’après Ibnou Abbass (qu’Alalh soit satisfait des deux) qui a dit: Al Fadl Ibnou Ababss était avec le prophète sws sur sa bête que vient une femme de la tribu khat’am, qu’Al Fadl a commencé à la regarder et elle a commencé à le regarder aussi, que le prophète sws a déplacé le visage d’Al Fadl à l’autre côté, et elle a dit que l’obligation d’Allah (de faire le pèlerinage) a touché mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se tenir sur la bête, puis-je faire le pèlerinage à sa place? Il a dit oui, et ceci pendant le pèlerinage de l’adieu.
  • 2. Sahih Al Boukhari, livre du pèlerinage, chapitre du pèlerinage de la femme en faveur de l’homme numéro 1722: D’après Ibnou Abbass (qu’Alalh soit satisfait des deux) qui a dit: Al Fadl Ibnou Ababss était avec le prophète sws sur sa bête que vient une femme de la tribu khat’am, qu’Al Fadl a commencé à la regarder et elle a commencé à le regarder aussi, que le prophète sws a déplacé le visage d’Al Fadl à l’autre côté, et elle a dit que l’obligation d’Allah (de faire le pèlerinage) a touché mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se tenir sur la bête, puis-je faire le pèlerinage à sa place? Il a dit oui, et ceci pendant le pèlerinage de l’adieu.
  • 3. Sahih Al Boukhari, livre des expeditions, chapitre du pèlerinage de l’adieu numéro 4048: D’après Ibnou Abbass (qu’Alalh soit satisfait des deux) qu’une femme de la tribu khat’am a demandé fatwa au prophète sws pendant le pèlerinage de l’adieu, alors qu’Al Fadl était avec le prophète sws sur la même bête, et ceci pendant le pèlerinage de l’adieu et elle a dit que l’obligation d’Allah (de faire le pèlerinage) a touché mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se dresser sur la bête, se suffit-il que je fasse le pèlerinage à sa place? Il a dit oui.
  • 4. Sahih Al Boukhari, livre des la demande d’autorisation de rentrer, chapitre de la parole d’Allah swt quand Il dit: Ô ceux qui ont cru ne rentrez pas dans des maisons autres que les vôtres numéro 5760: D’après Ibnou Abbass (qu’Alalh soit satisfait des deux) qui a dit: le prophète sws a pris Al Fadl Ibnou Ababass avec lui sur le derrière de sa bête, le jour du sacrifice. Ce dernier était clair de visage, quand le prophète s’arrêta pour répondre aux questions des gens. Une femme de la tribu khat’am est venue, claire de visage aussi, pour demander fatwa au prophète sws quand Al Fadl a commencé à la regarder car sa beauté lui a plu. Le prophète se retourna et trouva Al fadl en train de la regarder et a mis sa main derriere lui et a pris le menton d’Al Fadl et a corrigé son regard afin qu’il ne puisse pas la voir, puis elle a dit: Ô prophète, l’obligation d’Allah sur ses esclaves de faire le pèlerinage a touché mon père très vieux à tel point qu’il ne peut pas se dresser sur la bête, se suffit-il que je fasse le pèlerinage à sa place? Il a dit oui.
  • 5. Sahih Mouslim, livre du pèlerinage, chapitre du pèlerinage à la place de celui qui ne peut pas pas pour une maladie durable ou veillesse ou semblble ou la mort numéro 2375: D’après Ibnou Abbass (qu’Alalh soit satisfait des deux) qui a dit: Al Fadl Ibnou Ababss était avec le prophète sws sur sa bête que vient une femme de la tribu khat’am pour lui demander fatwa, qu’Al Fadl a commencé à la regarder et elle a commencé à le regarder aussi, que le prophète sws a commencé à déplacer le visage d’Al Fadl à l’autre côté, lorsqu’elle a dit que l’obligation d’Allah sur ses esclaves de faire le pèlerinage a touché mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se tenir sur la bête, puis-je faire le pèlerinage à sa place? Il a dit oui, et ceci pendant le pèlerinage de l’adieu.
  • 6. Sounane Abi Daawoud, livre des actes du pèlerinage, chapitre du pèlerinage de l’un sur l’autre, numéro 1544: D’après Ibnou Abbass (qu’Alalh soit satisfait des deux) qui a dit: Al Fadl Ibnou Ababss était avec le prophète sws sur sa bête que vient une femme de la tribu khat’am pour lui demander fatwa, qu’Al Fadl a commencé à la regarder et elle a commencé à le regarder aussi, quand le prophète sws a commencé à déplacer le visage d’Al Fadl à l’autre côté, lorsqu’elle a dit que l’obligation d’Allah sur ses esclaves de faire le pèlerinage a touché mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se tenir sur la bête, puis-je faire le pèlerinage à sa place? Il a dit oui, et ceci pendant le pèlerinage de l’adieu
  • 7. Sounane Aththirmidhi, livre du pèlerinage d’après le prophète, chapitre tout ce qui se rapporte à ce que tout Arafat est station, numéro 811: D’après Ali Bnou Abii Taalib (qu’Allah soit satisfait de lui) qui dit: le prophète sws s’est arrêté à Arafat et dit: ça c’est Arafat, et ça c’est une station, mais tout Arafat est station, ensuite il l’a quitté quand le soleil s’est couché et a pris avec lui Ossaamah bna Zayd et il a commencé à leur signaler par sa main avec douceur , alors que les gens vont à droite et à gauche, et se retourne vers eux et dit: Ô gens apaisez-vous, puis il a atteint Jam’ et il a fait avec ses compagnons les deux prières ses ensemble (Maghrib et ‘Ichaa), et quand c’était l’autre jour il a atteint QuzaH et il s’est arrêté et dit: ceci est QozaH et c’est la station, mais Jam’ est toute entière station, puis il l’a quitté jusqu’à ce qu’il ait atteint le fleuve MouHassir puis il a frappé sa chamelle et elle s’est calmée jusqu’à ce qu’il ait dépassé le fleuve, puis il s’arrêta et a pris avec lui Alfadl (à la place d’Ossaamah) puis il est arrivé à la jamarah (premier endroit où on jette les galets appelé aussi grande jamarah, contrairement à la moyenne et la petite) où il a jeté sept pierres, puis il atteint le lieu de sacrifice (abattoirs) où il a dit ça c’est le l’abattoir, et mina en entier est abatoir, et une femme de la tribu khat’am lui demanda fatwa en disant que son père est très vieux que l’obligation de faire le pèlerinage imposée par Allah l’a atteint, est ce qu’il se suffit que je le fasse à sa place, il a dit faites le pèlerinage à sa place, puis Ali a dit: il a tordu le cou d’Al Fadl, puis Al ‘Abbass a dit Ô messager d’Allah pourquoi as-tu tordu le cou de ton neveu, il a dit: j’ai vu un jeune et une jeune et je n’ai pas eu confiance en ce que le chayTan peut leur souffler, puis est venu à lui un homme et lui dit: Ô messager d’Allah j’ai fait le Tawaf d’Al IfaaDah (le fait de tourner autour de la Kaâba sept fois le dixième jour du mois de pèlerinage) avant de me raser la tête, il a dit: rase toi les cheveux ou seulement coupe toi les sans embarras, un autre homme est venu et a dit: Ô messager d’Allah j’ai égorgé mon sacrifice avant le jet des galets, il a dit jette les sans embarras, Ali a dit: ensuite il arrive à la maison (d’Allah) et il a fait le Tawaf, puis il a atteint le puits de zamzam et a dit: Ô Bani Abdo LmoTTalib, si je ne doutais que les gens ne triompheraient sur vous j’aurais ôté.
  • 8. Sounane Aththirmidhi, livre du pèlerinage d’après le prophète, chapitre tout ce qui se rapporte au pèlerinage du très vieux et du mort, numéro 850: D’après Al fadl Ibnou Abbass une femme de la tribu khat’am a dit: Ô messager d’Allah l’obligation d’Allah (de faire le pèlerinage) a été touché mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se dresser sur le chameau? Il a dit je faites le pèlerinage à sa place.
  • 9. Sounane Annassaaiyye, livre des actes du pèlerinage, chapitre assimilation de l’achèvement du pèlerinage à celui de la dette, numéro 2590: D’après Abdoullah Ibnou Zzoubayr qui dit qu’un homme est venu au prophète sws et lui dit: mon père est très vieux à tel point qu’il ne peut pas monter sur la bête, alors qu’il doit faire le pèlerinage, se suffit-il de le faire à sa place. Il a dit: es-tu son fils aîné? il a dit: oui. Il a dit: si ton père était endetté, tu aurais payé sa dette ou non, il a dit: oui, alors il a dit fais le pèlerinage à sa place.
  • 10. Sounane Annassaaiyye, livre des actes du pèlerinage, chapitre pèlerinage de la femme à la place de l’homme, numéro 2593: D’après Ibnou Abbass (qu’Alalh soit satisfait des deux) qui a dit: Al Fadl Ibnou Ababss était avec le prophète sws sur sa bête que vient une femme de la tribu khat’am pour lui demander fatwa, qu’Al Fadl a commencé à la regarder et elle a commencé à le regarder aussi, quand le prophète sws a commencé à déplacer le visage d’Al Fadl à l’autre côté, lorsqu’elle a dit que l’obligation d’Allah sur ses esclaves de faire le pèlerinage a touché mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se tenir sur la bête, puis-je faire le pèlerinage à sa place? Il a dit oui, et ceci pendant le pèlerinage de l’adieu.
  • 11. Sounane Annassaaiyye, livre des actes du pèlerinage, chapitre pèlerinage de la femme à la place de l’homme, numéro 2594: Ibnou Abbass a informé Solayman Bnou Yassar qu’une femme de la tribu khat’am a demandé fatwa au prophète sws pendant le pèlerinage de l’adieu, alors qu’Al Fadl était avec le prophète sws sur la même bête, et elle a dit: que l’obligation d’Allah (de faire le pèlerinage) a atteint mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se dresser sur la bête, se suffit-il que je fasse le pèlerinage à sa place? Il a dit oui. Al Fadl commença à se tourner vers elle et elle était une belle femme, et le prophète sws a pris Al Fadl et il lui tourné le visage vers l’autre côté.
  • 12. Sounane Annassaaiyye, livre morale des juges, chapitre jugement par assimilation et ressemblance, numéro 5294: D’après Al Fadl Ibnou Abbass, lorsqu’il était avec le prophète sws sur la même bête le matin du jour du sacrifice, une femme de la tribu khat’am est venue au prophète sws et elle a dit: que l’obligation d’Allah (de faire le pèlerinage) a atteint mon père très vieux jusqu’au point de ne pouvoir se tenir sur la bête que transversalement, se suffit-il que je fasse le pèlerinage à sa place? Il a dit oui fais le pèlerinage à sa place, parce que s’il avait une dette tu l’aurais payé pour lui.
  • 13. Sounane Annassaaiyye, livre morale des juges, chapitre jugement par assimilation et ressemblance, numéro 5295: Ibnou Abbass a informé Solayman Bnou Yassar qu’une femme de la tribu khat’am a demandé fatwa au prophète sws, alors qu’Al Fadl était avec le prophète sws sur la même bête, et elle a dit: l’obligation d’Allah (de faire le pèlerinage) a atteint mon père très vieux jusqu’au point de ne pas pouvoir se dresser sur la bête, se suffit-il que je fasse le pèlerinage à sa place? Il a dit oui, et l’un des narrateurs appelé Mahmoud a dit se suffit-il que je fasse le pèlerinage à sa place il a dit: oui.
  • 14. Sounane Annassaaiyye, livre morale des juges, chapitre jugement par assimilation et ressemblance, numéro 5297:
  • 15. Sounane Ibnou Maajah, livre du pèlerinage, chapitre le pèlerinage du vivant à la place du vivant qui ne peut pas le faire 2900:
  • 16. Sounane Addaarimiyye, livre des actes du pèlerinage, chapitre a propos du pèlerinage à la place du vivant 1761:
  • 17. Sounane Addaarimiyye, livre des actes du pèlerinage, chapitre a propos du pèlerinage à la place du vivant 1763:
  • 18. Sounane Addaarimiyye, livre des actes du pèlerinage, chapitre le pèlerinage à la place du mort 1765:
  • 19. Mousnad Ahmad et du mousnad de Banii Haachim, mousnad Al Fadl Ibnou Abbass (qu’Allah les accepte) 530:
  • 20. Mousnad Ahmad et du mousnad de Banii Haachim, mousnad Al Fadl Ibnou Abbass (qu’Allah soit satisfait d’eux) 532:
  • 21. Mousnad Ahmad, mousnad Ali Bnou Abii Taalib 532:
  • 22. Mousnad Ahmad, mousnad Ali Bnou Abii Taalib 1277:
  • 23. Mousnad Ahmad et du mousnad de Banii Haachim, mousnad Al Fadl Ibnou Abbass (qu’Allah soit satisfait d’eux) 1725:
  • 24. Mousnad Ahmad et du mousnad de Banii Haachim, début du mousnad Abdollah Ibnou Abbass) 1792:
  • 25. Mousnad Ahmad et du mousnad de Banii Haachim, restant du mousnad précédent 3068:
  • 26. Mousnad Ahmad début du mousnad des médinois (qu’Allah soit stisfait d’eux tous), Hadith Abdollah Ibnou Zzoubair 15540:
  • 27. MowaTaa Maalik, livre du pèlerinage, chapitre à propos de celui qu’on peut remplacer dans le pèlerinage 703

 

Ligne de date

Elle commence à partir d’avant l’islam (première Jaahiliyyah), ensuite l’islam avant la révélation du hijab, ensuite la période du hijab et celle qui le suit et enfin le moment du pèlerinage.

  • 1- la prmière jaahiliyyah:

Allah swt dit dans le verset :

33/[33] Restez dans vos foyers; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d’avant l’Islam (Jâhiliya).

Dans son exégèse Ibnou Kathiir  a dit a propos de ce verset que Moujahid a dit  que la femme sortait et marchait entre les hommes, et c’était ça l’exhibition d’avant l’islam, quand à Qatada il a dit que la femme minaudait devant les hommes, sa façon de marcher était avec dandinement. Mais Moqaatil a dit que la femme mettait son foulard mais ne le serrait pas, ce qui laissait apparaître ses colliers, ses boucles d’oreilles et son cou.

Attabariyye et Al QorTobiyye ont rapporté la même chose.

  • 2- Avant le hijab:

Boukhari a rapporté dans le livre des expéditions, chapitre hadith du mensonge, numéro 3826 :

… puis il a vu la silhouette d’un être humain endormi, et il m’a reconnu lorsqu’il m’a vu (son visage), parce qu’il me voyait avant le hijab, je me suis réveillée par sa voix lorsqu’il a dit : « nous sommes à Allah et à Lui nous revenons » quand il m’a reconnu, et je me suis couverte le visage par mon jilbab… le hadith.

  • 3- Après le hijab:

Dans le même hadith Aicha a dit :  il a fait le tirage au sort entre nous lorsqu’il voulait aller vers une de ses expéditions, et j’étais donc désignée et je suis sortie avec le prophète sws après que le hijab ait été révélé ….

On voit que dans ce hadith, qui a été rapporté par Boukhari et Mouslim, la citation des deux périodes : avant et après le hijab, et la façon dont la femme se comportait vis-à-vis des étrangers avant le hijab, lorsqu’elle dit que mon visage se voyait avant le hijab, en clair et net, alors qu’après le hijab elle a couvert son visage par son jilbab devant un étranger, et elle a expliqué qu’elle l’a reconnu seulement parc qu’il la voyait avant le hijab, voulant dire par là que maintenant il n’a plus le droit, et c’est pour ça qu’elle couvert son visage. Ce hadith tellement clair est suffisant à lui pour convaincre toute tête dure qu’effectivement le hijab est venu pour séparer deux périodes l’une avant le hijab où il était permis de voir le visage de la femme et une autre où il n’est plus permis de le voir puis qu’elle dit dans Mouslim 4974: « après que le hijab est devenu obligatoire pour moi ».

Mais malgré tout cela, Albani a quand même trouvé le moyen de dire que ce n’était un simple acte d’Aicha et qu’il ne peut pas faire passer le jugement de l’origine à l’interdiction (voir son dernier livre sur le sujet : Arrado LmofHim), oubliant ou faisant semblant d’oublier qu’ici on n’a pas affaire à un simple acte, mais à un hadith qui a le jugement d’un hadith dit par le prophète (fi Hokmi lmarfou’) voir mon livre : l’élite des pensées, puis qu’Aicha a dit que ceci a eu lieu pendant que le hijab soit révélé. Ceci est vraiment honteux de vouloir induire les gens en erreur, en voulant gélifier un hadith aussi important, qui est rapporté par Boukhari et Mouslim, et où c’est la femme qui a la plus grande science et qui est spécialiste dans les affaires des femmes, qui explique par les dires et les faits ce que c’est que le hijab.

  • 4- Le jour du sacrifice:

En plus du hadith de la Kht’amiyyah on a le hadith rapporté par Mouslim, et que personne n’en parle, alors qu’il est identique à celui de la Khat’amiyyah et a eu lieu au même moment et avec le même personnage. Mouslim dans son livre pèlerinage d u prophète sws 2137 a dit : … et il a pris Al Fadl avec lui sur sa chamelle qui était un homme qui était beau et avait des cheveux blancs, et quand le prophète sws a quitté Mouzdalifa vers Mina, un groupe de femmes est passé devant lui en courrant, et Al Fadl a commencé à les regarder, et le prophète sws a posé sa main de l’autre coté pour dévier le visage d’Al Fadl … le hadith.

  • 5- Pendant le pèlerinage:

Ibnou Qayyim Al Jawziyyah a dit dans ses commentaires sur sounane Abi Dawoud, livre des actes du pèlerinage, chapitre l’habit du pèlerin :

Il est certain qu’Asmaa se couvrait le visage pendant l’état de sacralisation au pèlerinage, et qu’Aicha a dit : les cavaliers passaient devant nous pendant qu’on était en état de sacralisation avec le prophète sws, et quand ils s’approchèrent de nous, chacun de nous descendait son jilbab sur son visage, et quand ils nous dépassaient on se le découvrait.

Explications des hadiths

A venir …

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Josue
| Passion Templiers
| AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08