Eazy Islam

pratique et pacifique, tel qu’il est … naturellement

Parler à un étranger

Ecrit par Abuhaamed Al Idrissi

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ

Parler avec un étranger

 

Dans cette petite étude, nous allons répondre à la question suivante : est-il permis à la femme de parler à un étranger à elle (quelqu’un qui a le droit de l’épouser, appelé un non mahram) ? non pas de n’importe quelle manière, et surtout pas de la manière stupide, qui consiste à suivre les shouyoukhs comme des bêtes; mais en apportant des preuves du coran et de la sunnah, comme ils ont été compris et appliqués par le prophète (pssl) et ses compagnons.

En effet, le musulman n’est tenu à suivre que le coran et la sunnah, et nullement autrui, comme il a été précisé par le coran dans plusieurs versets, et par le prophète dans plusieurs hadiths et en particulier, celui où il demande à Mu’adh, lorsqu’il l’a envoyé au Yémen: avec quoi tu va gouverner ? il répondit avec le livre d’Allah, et si tu ne trouves pas lui ajouta, il répondit : avec la sunah de son prophète, et si tu ne trouves pas lui répliqua, il répondit je ferais mon possible pour arriver à un bon jugement bien réfléchi (basé sur le livre et la sunnah) ; le prophète tapa sur sa poitrine, et lui disa louange à Alalh qu’Il a guidé le messager du messager à ce qu’aiment Allah et son prophète. Ce hadith non accepté par Albani dans sa Silsilah Sahiha, où il le traite de Monkar, a été rapporté par Addarimi 168, Ahmad 21000, 21049, et 21084, Abou Daawoud 3119, et Attirmidhi 1249, et a été authentifié par Ibnou Qayyim dans ses commentaires sur les sunanes d’Abi Dawoud, et Sheikh Al Islam Ibnou Taymiyyah dans ses grandes fatawas, ainsi que Chawkani dans Al Fath Arrabani, ce qui suffit largement pour ceux qui veulent suivre la raison, car ils ont donné les preuves irréfutables que ce hadith est bel et bien vrai. En plus de ça, il est très répandu, et a été rapporté par Cho’ba, qui est bien connu, que si le hadith est rapporté par lui, il ne faut pas chercher après.

Il est vrai qu’on peut s’étaler plus, mais je ne veux pas s’attarder sur ce point là, et je serais assez heureux d’ailleurs de plus développer la discussion pour ceux qui le souhaiterait, dans une correspondance particulière.  Plus particulièrement qui avec ceux qui pensent qu’Albani est meilleur qu’Ibnou Qayyim et Ibnou Taymiyyah regroupés, mais plus que cela beaucoup plus que Boukhari et Muslim, et Allah seul sait, combien ils sont nombreux, surtout en Europe, et particulièrement en France.

A partir du coran :

Dans la sourate 33, verset 32, Alalh swt dit :

[32] Ô femmes du Prophète! Vous n’êtes comparables à aucune autre femme. Si vous êtes pieuses, ne soyez pas trop complaisantes dans votre langage, afin que celui dont le cœur est malade (l’hypocrite) ne vous convoite pas. Et tenez un langage décent.

A ce niveau là déjà, j’aimerais bien poser une question à tout ce qui a une cervelle, et qui voudrait bien s’en servir, au moins cette fois ci : faut-il autre chose que de connaître le français pour comprendre ce verset ? La réponse et évidente, pour ne pas dire qu’elle saute aux yeux. Alors pourriez-vous me dire pour quoi a-t-on voulu nous imposer ces prêtres de l’islam, qui veulent à tout prix s’imposer à nous, comme étant les seuls qui sont aptes à comprendre l’islam, et à nous de les suivre comme des brebis galeuses ? Et pourriez vous me dire aussi, puisqu’on aurait donc besoin de ces prêtres pour comprendre l’islam, à quoi ça a bien servi de nous envoyer un prophète, puisqu’apparemment selon eux il n’a pas réussi à expliquer l’islam de façon suffisante, ou peut-être qu’il était selon eux incapable de le faire, et que c’est seulement ces braves gens qui nous ont fait le grand plaisir de nous avoir aidé à le comprendre. Et dites moi s’il y a une mécréance plus grande que celle- là , celle de croire qu’on ne doit pas se suffir du coran et de la sunnah pour comprendre l’islam.

Il  faut remarquer une chose assez importante ici, c’est que la femme est tenue à parler d’une façon décente, pour ne pas exciter le malade du cœur qui l’écoute (dans ce cas ci l’homme), ce qui veut dire que si celui qui l’écoute est sain du cœur, elle doit tout de même continuer à tenir le même langage, mais avec moins de risques. Cela voudra dire que la raison principale pour laquelle elle doit tenir un langage décent,  n’est pas due à elle, mais plutôt à la maladie du cœur de celui qui l’écoute.

De ce verset découlent deux choses évidentes. La première c’est qu’il est interdit, en présence d’un malade du cœur d’être complaisante dans la parole. La seconde c’est que la femme peut bien parler à un homme étranger, mais d’une façon décente. Ce qui contredit exactement ce que disent un certain nombre de prêtres de l’islam, et sans pudeur, et sans science.

Dans son exégèse Tabari a dit :

Que la maladie du cœur en question est soit l’hypocrisie, comme le dit Katada, ou l’adultère come le dit ‘Ikrima. Il a dit aussi que la parole qu’elle doit tenir doit être correcte, belle, connue dans le bien. Ibnou Kathir a dit la même chose, mais a ajouté qu’elle ne doit pas parler à un étranger d’un langage anormal,  comme si elle parlait à son mari. Quand à Al koltobi il a dit la même chose qu’eux.

Mais cela suffira t-il a ces brebis galeuses !!!

Dans la sourate 28, verset 23, Allah swt dit :

[23] Et quand il fut arrivé au point d’eau de Madyan, il y trouva un attroupement de gens abreuvant (leurs bêtes) et il trouva aussi deux femmes se tenant à l’écart et retenant (leurs bêtes). Il dit: « Que voulez-vous? » Elles dirent: « Nous n’abreuverons que quand les bergers seront partis; et notre père est fort âgé« .

Encore là aussi, faudra t-il autre chose que le simple fait de comprendre le français pour bien voir que Moise a bien commencé par adresser la parole aux deux filles bien isolées du groupe, et qu’elles lui ont répondu le plus normalement possible. Que nous diront de plus ces prêtres de l’islam ? C’est sûr qu’ils auront toujours quelque chose à dire, puisque leur principale raison d’exister est de dire, quitte à dire n’importe quoi, quitte à parler pour ne rien dire, sinon pour falsifier les textes, et dire par exemple, que c’était là le cas d’un prophète et que et que. Mais devra t-on dire, les prophètes ne sont venus que pour qu’on fasse pareil ?

Dans la sourate 28, verset 25, Allah dit :

[25] Puis l’une des deux femmes vint à lui, d’une démarche timide, et lui dit: « Mon père t’appelle pour te récompenser pour avoir abreuvé pour nous ».

Faut-il être Balzac où Molière pour comprendre ce texte ? Non pas du tout, le plus petit gosse de l’école primaire vous fera dessus une dissertation. Alors s’il vous plaît, arrêtez de jouer avec la religion d’Allah, et allez jouer ailleurs, et laissez nous tranquille avec votre Minhaj, cessez d’abrutir les jeunes convertis, et laisser les suivre le coran et la sunnah, comme le veulent Allah et son prophète.

Il est bien connu, que pour abrutir les gens, et en faire un groupe de brebis, il suffit juste d’utiliser des mots résonnants et incompréhensibles, tels Minhaj, chouyoukhs, rad, etc…. et parler un langage confus. Ceci est complètement à l’opposé des recommandations du coran, qui dit dans la sourate 14, verset 4 :

[4] Et Nous n’avons envoyé de Messager qu’avec la langue de son peuple, afin de les éclairer.

Et dans la sourate 26, verset 195 :

[195] en une langue arabe très claire.

Ceci est vraiment intolérable, et il faudrait expliquer à ces pauvres gens, qu’il n’y a pas de clergé en islam, et  qu’on est obligé d’user de son crane, pour que son adoration soit acceptée, et que si vous suivez bêtement les chouyoukhs, elle ne l’est pas.

Alalh swt dit à son prophète dans la sourate 14, verset 44 :

[44] (Nous les avons envoyés) avec des preuves évidentes et des livres saints. Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux et afin qu’ils réfléchissent.  

… où il est très visible, que c’est le prophète qui est tenu d’expliquer ce qu’Allah a envoyé pour nous, et que nous devons réfléchir à ça.

Il est bien connu par ailleurs que si on ne veut pas abrutir les gens, on doit leur parler un langage très compréhensible, et si on doit utiliser un mot arabe dans une autre langue, faute de lui trouver un correspondant, on doit au moins mettre l’explication entre parenthèses dans des écrits, ou l’expliquer à l’audience dans un discours.

Eh bien parlons-en du Minhaj. Ce mot arabe a été utilisé a tord et travers par les jeunes convertis non arabophones, parce que très résonnant et faisant mode. Il y’en a même qui croient que celui qui ne suit pas le Minhaj il est non musulman. Et quand tu lui demande qu’est ce que cela veut dire, il te dira qu’il faut suivre les shouyoukhs dans tout ce que tu liras, et tu n’as pas le droit de lire le coran tout seul, et comprendre ce qui est écris en clair et net, et en français simple, parce que non ce n’est pas ça l’islam. Tu n’as pas le droit de comprendre, seulement de suivre les shouyoukhs. Ça ce n’est pas autre chose que l’islam christianisé, et qui n’est certainement pas ce qui a été révélé au prophète Muhammad.

Le mot Minhaj a été cité une seule fois dans la sourate 5, verset  48 :

[48] Et sur toi (Muhammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. C’est vers Allah qu’est votre retour à tous; alors Il vous informera de ce en quoi vous divergiez.

Le Minhaj ici est le plan à suivre, la méthode, la voie, ou bien la sunnah,  comme ça a été expliqué par Ibnou Abass. Il est assez clair qu’Allah en parle ici pour seulement préciser qu’à chacune des nations il a donné une législation différente, et un plan à suivre différent, et que l’islam est venu pour coiffer toutes ces législations là, et qu’on doit se contenter de le suivre, et non pas suivre les autres législations.  Et en aucun cas, il faut dévier le sens du verset, en le sortant de son contexte, comme le font les nouveaux prêtres de l’islam, et vouloir séparer les musulmans, sur la base erronée d’introduction d’un faux concept, à savoir le Minhaj.

Il est assez évident, pour tout celui qui a des yeux, et qui les utilise à bon escient, que si le concept de Minhaj est tellement important, jusqu’au point de dire que celui qui ne suit pas le Minhaj n’est pas musulman, le coran devrait y insister tellement, et au moins au même titre que l’association, ou la mécréance. Mais au contraire, on voit qu’il n’est décrit qu’une seule fois, et dans un contexte totalement différent, à savoir celui des différences entre les différentes nations. Ceci est d’autant plus vrai, que le verset est médinois, puisque la sourate de la table est parmi les dernières sourates qui ont été révélées, et que par ailleurs, tous les problèmes de croyance ont été résolus pendant les treize premières années de la révélation.

Je ne sais pas à quel petit jeu ils s’amusent à jouer, et comment ils osent introduire un faux concept, et le mettre à l’avant de toute autre chose, et juger les musulmans en conséquence.

 

 

 

 

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Josue
| Passion Templiers
| AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08