Eazy Islam

pratique et pacifique, tel qu’il est … naturellement

APPRENDRE L’ARABE par le Coran pour les débutants

APPRENDRE L’ARABE PAR LE CORAN POUR DEBUTANTS 

Au nom d’Allah Le Tout Miséricordieux, Le Tout Miséricordieux Apprentissage de la langue arabe pour les débutants 

Préambule : La langue arabe est la langue la plus facile et la plus forte de toutes les langues, du simple fait qu’Allah l’a choisit pour son dernier message, qui est le seul de tous qui s’adresse à l’humanité entière, contrairement à tous les autres qui l’on précédé, comme c’est dit dans les versets suivants : 

 إِنَّا أَنْـزَلْنَاهُ قُرْآنًا عَرَبِيًّا لَعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ   12/2 : On l’a fait descendre (révélé) un coran arabe afin que vous raisonniez ! 

إِنَّا جَعَلْنَاهُ قُرْآنًا عَرَبِيًّا لَعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ  43/3 : On en a fait un coran arabe afin que vous raisonniez ! 

وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلا كَافَّةً لِلنَّاسِ بَشِيرًا وَنَذِيرًا وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لا يَعْلَمُونَ  43/28 : On ne t’a envoyé en tant que précurseur (annonciateur de bonnes nouvelles pour ceux qui me suivent) et un avertisseur (annonciateur de mauvaises nouvelles pour ceux qui ne me suivent pas) que pour tous les gens (sans exception). 

وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلا رَحْمَةً لِلْعَالَمِينَ 21/107 : On ne t’a envoyé que miséricorde pour tous les mondes (hommes et djins en particulier). 

Ces versets on été donné à titre d’exemples, sinon le coran et la sounnah sont pleins de ça, afin de prouver que ce coran qui doit s’adresser à tout le monde doit utiliser un support qui soit compris par tout le monde, donc facile, et qui doit être indépendant du temps, ce qui est bien le cas de la langue arabe. Pour fixer cette notion de constance de l’arabe avec le temps un peu plus, je dirais que si vous voulez en être certain de ça, essayer de lire du Balzac ou Molière pour s’en convaincre. 

La langue arabe est la langue la plus adaptée à un message qui est très large, qui parle de tous les aspects de la vie d’ici bas et de l’au-delà, avec une clarté et une simplicité infinies, tout en signalant des vérités scientifiques colossales, avec un style concis et précis et aisé. Méthodologie : 

On va justement se baser sur ce principe et étudier la langue arabe à travers le coran. L’alphabet arabe : 

La langue arabe est une langue à alphabet comme la plupart des langues, contrairement aux langues à signes, telles qu’un certain nombre de langues asiatiques (le chinois). Elle en comporte 29, sans les voyelles qui s’écrivent soit au dessus oit en dessous de la lettre. La lettre arabe : 

La lettre arabe diffère de la lettre latine par un certain nombre de choses qui vont faire la grande différence de cette langue de la plupart des autres, en plus qu’elle s’écrit de droite à gauche. Elle est constituée : 

-        d’un corps, qui est la lettre sans la ponctuation ni les voyelles, tel que : ح -        d’une ponctuation, qui est correspond à un, deux ou trois points qui se mettent soit en dessous soit au dessus de la lettre, tels que : ب،ت ش 

-        d’une ou deux voyelles qui se mettent soit au dessus soit en dessous de la lettre ou d’un support qui supporte les deux fathas, tels que : جَ، نِ، عُ، واً، سِ، etc. Il est à remarquer qu’on peut écrire la lettre sans sa voyelle, mais pas sans sa ponctuation, ce qui fait qu’on aura à étudier l’alphabet des lettres ponctuées sans voyelles au départ.  Ensuite on introduira les voyelles simples et doubles et allongées en fin de compte. 

Alphabet : On peut remarquer qu’il y a un certain nombre de lettres qui ont le même corps de lettre, mais qui ne se distinguent que par leur ponctuation : 

Le groupe A : 1.  Alifone, qui veut dire la lettre alif, mais prononcée alifone, où le ‘one’ qui vient à la fin veut simplement dire un (article indéfini) en français, c’est en fait comme si on disait un alif : ا 

Le groupe B : 2.  Baaone, qui sera la lettre ‘baa’ avec le fameux un qui est le ‘one’ : ب 

3.  Taaone, qui s’écrit : ت 4.  Thaaone : qui s’écrit avec trois points en haut : ث 

Le groupe C : 5.  Jiimone, où la lettre c’est le son j, avec le supplément ‘iime’ qui constitue le nom de la lettre, et le fameux ‘one’ toujours à la fin : ج 

6.  Haaone, qui est le ‘h’ expiré : ح 7.  Khaaone, qui serait le ‘kh’ : خ 

Le groupe D : 8.  Daalone, qui est la lettre ‘d’ : د 

9.  Dhaalone, qui serait le ‘th’ anglais : ذ  Le groupe E : 

10.                    Raahone, qui est le r roulé : ر 11.                    Zaayone, qui serait un zaay qui n’est pas autre chose que la lettre z : ز  Le groupe F : 

12.                    Siinone, qui est la lettre s : س 13.                    Shiinone, qui est l’équivalent du ‘ch’ français : ش Le groupe G :  14.                    Saadone, qui est un s mais plus fort que le s du  س  , elle s’écrirait : ص 15.                    Daadone, qui est un d mais beaucoup plus élevé, et qui n’existe qu’en langue arabe, de telle sorte qu’elle est appelée la langue du Daad, on le translitéré par un D majuscule : ض  Le groupe H : 

16.                    Taaone, qui est un t élevé et qu’on transcrirait par u T majuscule : ط 17.                    Thaaone, qui un T qui correspond au taaone précédent suivi d’un h, et qui sera représenté par un T majuscule suivi d’un h ‘Th’ : ظ  Le groupe I : 

18.                    ‘Aynone, qui est na pas d’équivalent en français et qui sera indiqué par une apostrophe devant la lettre a ou o ou i, de telle sorte à avoir ‘a,ou ‘o, ou ‘i: ع 19.                    Ghaynone, qui serait la combinaison de g et h : ع  Le groupe J : 

20.                    Faaone qui correspond à la lettre f : ف 21.                    Qaafone, qui n’existe pas en français, mais qui sera représenté par Q majuscule : ق 22.                    Kaafone, qui correspond à la lettre k : ك 23.                    Laamone, qui correspond à la lettre l : ل  24.                    Miimone, qui correspond à la lettre m : م 25.                    Nounone, qui correspond à la lettre n : ن 26.                    Haaone, qui correspond au ‘h’ inspiré : هـ  27.                    Waawone, qui correspond a la lettre w : و 28.                    Yaaone, qui correspond à la lettre y : ي  

29.                    Hamzatone, qui n’a pas de correspondant en français : ء Remarque importante:  Certains auteurs parlent de 28 lettres au lieu de 29, du fait que la dernière lettre hamza ‘ء’ s’écrit soit sur la ligne, comme dans le mot ماء, ou bien sur la lettre alif comme dans أقرأ, ou bien sur la lettre waw comme dans le mot سؤال, ou bien sur yaa commedans le mot مسئول, ce qui a fait qu’ils l’ont mise sur le alif et ont en fait seulement une lettre alors que ce sont bien deux.  

Les voyelles :

Contrairement aux autres langues latines, les voyelles en arabe se mettent soit en dessous soit au dessus de la ponctuation ou du corps de la terre. On verra par la suite que ces dernières peuvent même être omises entièrement, ce qui fait que la langue arabe est très contractée.

On dénombre deux types de voyelles : les courtes et les longues :

Les voyelles courtes sont :

1. 
La Dammah, correspond à la voyelle ‘o’ en français, de sorte que si tu veux écrire ‘bo’, tu devrais mettre la lettre
ب et au dessus de laquelle tu mettrais un petit waw و qui en rappele l’origine, comme suit : بُ 2.  La fatHah elle coreespondrait au ‘a’ en français suivi de la lettre, de façon à ce que tu dois mettre un petit tiret au dessus de la lettre. Par exemple pour écrire ‘ba’, il faut écrire la lettre ب ensuite mettre le tiret dessus la lettre comme suit: بَ 

3.  La kasrah, qui correspondrait au ‘i’ français, tel que pour écrire ‘bi’ on mettrait un tiret cette fois en dessous du point de la lettre ب comme suit : بِ 4.  Remarque: 

5.  L’absence de voyelle a un signe aussi commee en langue russe. Il est symbolisé parun  zéro au dessus de la lettre qui signifie le repos (sokoune), contrairement à la voyelle qui est appelée (harakah) comme mouvement. Ainsi si on veut écrire le mot ‘mer’ qui se lit ‘baHrone’ on devrait avoir: بَ   pour ba, حْ pour la lettre H sans voyelle et رٌ pour ‘rone’ ce qui s’écrirait en non attaché: بَ حْ رٌ et en attaché : بَحْرٌ 

Les voyelles longues :

On en dénombre trois :

1.  Le alif ا lorsqu’il vient après la lettre, tel que : با qui se lirait baa, avec deux voyelles dans le cas normal. On trouve un allongement de trois ou quatre voyelles dit allongement moyen, pour lequel on n’a pas de symbole dans l’écriture ‘othomanique du coran, et un allongement long de cinq ou six voyelles pour lequel on écrit un tiret plus long que la fatHah sur la lettre allongée, tel que sur le lam et le miime du premier verset de sourate la vache.

2.  Le waw avec sokoune qui suit une lettre avec Dammah l’allongerait de deux voyelles ou de plus comme le alif, tel que : بُو qui se lirait ‘boo’.

3.  Le yaa avec sokoune qui suit une lettre avec kasrah l’allongerait aussi de deux ou de plus, tel que : بِي qui se lirait ‘bii’. Remarque: 

Si le waw و ou le yaa ي  sont précédés par une fatHah on a affaire à une simple consonne. En somme ces deux lettres w et y jouent deux rôles dufférents suivant qu’ils sont précédés par une fatHah ou non Le dédoublement de voyelles: 

Le dédoublement de la voyelle, appelé tanouine, correspond à l’une des quatre applications dont l’une est l’article indéfini : un ou une. Elle correspondrait à une noune qu’on ajoute à la fin du mot lors de sa prononciation mais non pas lors de son écriture, apparaissant sous forme de voyelle double. On a le dédoublment de
la Dammah qui s’écrit dans le cas de ‘bone’
بٌ et le dédoublement de la fatHah qui s’écrit dans le cas de ‘bane’ باً qui necéssite un alif, tandis que la kasrah s’écrirait pour ‘bine’ بٍ 

Le language: 

L’alphabet arabe au 37 caractères au total (29 consonnes, 3 voyelles courtes, le sokoune, trois voyelles longues dont deux sont des consonnes, 3 dédoublements de voyelles), va donner une richesse en vocabulaire incomparable. C’est ainsi qu’on trouve que le lion a vingt noms différents. 

Trois types de mots: 

Les lettres de l’alphabet, appelés aussi lettres de construction (des mots), composent les noms de la langue arabe. On en distingue trois différents types 

1-             Le Harf (الحرف) qui veut dire le bord, est un mot qui a son sens en dehors de lui et qui n’a pas attrait au temps. C’est différent du Harf de construction, du fait que la lettre de l’alphabet (harf mabnaa) n’a pas de sens, alors que le mot harf en a un, et c’est pour ça qu’il est appelé harf de sens (Harf ma’naa). Il est appelé harf (lettre) parce que nombre ce ses mots sont effectivements constitués d’une seule lettre, tels que: wawَ و, baa بِ, faa فَ, etc. On étudiera en détail les Houroufs de sens (حروف المعاني) au fur et à mesure que l’on progresse dans le cours. 2-             Le verbe est un mot qui a un sens en lui même et qui a attrait au temps, tels que: sabbiH (سَبِّحْ) dans le premier verset de sourat Al A’laa, et Qol (قُلْ) dans le premier verset de sourate Annas. 

3-             Le nom est un mot qui désigne un sens en lui, mais qui n’a pas attrait qu temps, tels que Al Hamdo (الْحَمْدُ) qui est el premier mot de la fatiHah, ou bien Al Qaari’ah (القَارِعَةُ). Exercice: 

Reconnaissez les différents mots de sourate Al Ikhlas. Dis : قُلْ est un verbe puisqu’il désigne un sens et le présent : dis maintenant 

Lui:   هُوَest un nom puisque lui correspont bien à un nom qui est ici Allah Allaho :  اللَّهُun nom puisqu’il est nom propre 

Seul:  أَحَدٌ est bien un nom puisqu’il est désigne la qualité d’un nom. Allaho: اللَّهُ est un nom 

Assamad:  الصَّمَدُ est un nom, puisqu’il ne contient pas le temps et a un sens en lui même Ne: لَمْ est un harf puisqu’il lui faut l’autre mot qui suit pour completer le sens, et il ne comporte pas le temps 

Engendre:  يَلِدْverbe car il désigne un sens en lui-même et comporte le facteur temps Et:  وَHarf 

Ne : لَمْ aussi Harf Engendré:  يُولَدْ verbe aussi puisqu’il contient le sens et le temps. 

Les trois temps du verbe: 

En arabe il n’y a que trois temps, ce qui confirme le fait qu’ell est la plus facile des langues, et que c’est pour cette raison qu’elle a été choisit pour être la langue éternelle qui s’adresse à l’humanité entière. 

1-             Le présent et le futur en un seul temps: Al MoDaari’ (المُضَارِعُ) qui indique que l’action est en train de se faire dans le temps présent tout en continuant dans le temps, tel que Ach hado (أَشْهَدُ) qui signifie j’atteste maintenant et je continue à attester dans le futur.

2-             Le passé : Al MaaDi (المَاضِي), qui désigne une action passée et achevée avant le temps de la discussion, tel que Aamana (آمَنَ) dans le dernier verset de la vache, qui signifie que la croyance s’est faite avant et s’est achevée.

3-             L’impératif : Al amr (اْلْأَمْرُ) qui demande de faire un acte par quelqu’un dans l’immédiat ou dans le futur, et c’est pour cette raison qu’on va trouver une relation assez serrée entre les deux, ce qui fait qu’au total on peut parler seulement de deux temps, à comparer avec l’infinité des temps de la langue française. On peut donner comme exemple le premier mot d’Al FalaQ Qol (قُلْ) vu précédement.

Maintenant qu’on sait qu’en combinant les différentes lettres de l’alphabet on obtient les différents types de mots constituants la langue, on va voir comment à l’aide de ses différents mots on va construire les phrases.

En fait là aussi on en dénombre trois types :

1.  La phrase nominale : Al Jomlato Al ismiyyato (الجُمْلًةُ الاسْمِيَّةُ), c’est elle qui commence par un nom, telle que (اللَّهُ أَكْبَرُ)

2.  La phrase verbale : Al Jomlato Lfi’liyyato (الجُمْلَةُ الفِعْلِيَّةُ), c’est celle qui commence par un verbe, telle que : (قُلْ هُوَ اللَّهُ أَحَدٌ)

3.  La pseudo phrase : Chibho Ljomlah (شِبْهُ الْجُمْلَةِ), est la phrase qui n’est débutée ni par un nom, ni par un verbe, mais qui débute soit par un Harf jarr (حَرْفُ جَرٍّ), tel que (مِنْ شَرِّ) qui est constituée du harf ‘min’ et du mot majrour ‘charri’, soit par un adverbe ‘Dharf’ ‘makan’ (ظَرْفُ مَكَانٍ), tel que l’adverbe ‘عِنْدَه’ dans la phrase (وَعِنْدَهُ مَفَاتِحُ الْغَيْبِ), ou Dharf zaman (ظَرْفُ زَمَانٍ), tel que (يَوْمَ) de verset (يَوْمَ يُنفَخُ فِي الصُّورِ).

Exercice :

Trouvez les différents types de phrases dans sourat Al Ikhlaas.

La première phrase قُلْ هُوَ اللَّهُ أَََحَدٌ est verbale, puisque le premier mot est un verbe.

La deuxième اللَّهُ الصَّمَدُ est nominale, puisqu’elle commence par un nom.

La troisième لَمْ يَلِدْ est aussi verbale, puisque le premier mot qui est ici un Harf, n’est là que pour la négation, et ne peut pas en lui-même constitué une pseudo-phrase, de sorte que la négation et le verbe seront considérés comme un verbe.

La quatrième وَلَمْ يُولَدْ est aussi verbale, le waw voulant dire ‘et’ tout simplement, et ne fait pas partie de la phrase.

La dernière est aussi verbale, puisqu’elle débute par un et qui n’est pas considéré, suivi de la négation du verbe وَلَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُواً أَحَدٌ.

Remarque importante :

La négation لَمْ ne peut être suivie que par un verbe, ce qui nous permet de dire que tout mot qui suit ‘lam’ est un verbe, et que tout mot qui accepte d’être précédé par ‘lam’ est un verbe.

C’est ainsi que le mot يَكُن dans le premier verset d’Al Bayyinah est un verbe.

De même que le mot تَرَ dans le premier verset d’Al fiil est un verbe, etc.

Exemples de phrases nominales :

هَذَا خَلْقُ اللَّهِ dans sourat LoQman, qui veut dire mot à mot : ceci est la création d’Allah. On peut appliquer cette tournure de phrase à la vie quotidienne et dire هَذَا مَسْجِدٌ pour dire ceci est une mosquée. On peut aussi l’étendre dans les exemples suivants :

أَنَا مُسْلِمٌ voulant dire : moi (أَنَا)  un musulman (مُسْلِمٌ)

أَنْتَ مُسْلِمٌ qui signifie : toi (أَنْتَ) un musulman (مُسْلِمٌ) 

هُوَ مُسْلِمٌ  qui veut dire: il (هُوَ) un musulman (مُسْلِمٌ).

On constate qu’il n’y a pas besoin de mettre d’auxiliaire après le pronom personnel.

Les pronoms personnels sont :

1.  أَنَا  moi : أَنَا مُسْلِمٌ

2.  نَحْنُ nous نَحْنُ مُسْلِمُونَ

3.  أَنْتَ toi masculin أَنْتَ مُسْلِمٌ 4.  أَنْتِ toi féminin أَنْتِ مُسْلِمَةٌ 

5.  أَنْتُمَا Vous (deux masculin ou féminin ou mixte) أَنْتُمَا مُسْلِمَيْنِ، أَنْتُمَا مسْلِمَتَيْنِ  6.  أَنْتُمْ Vous (trois et plus, masculin ou mixte) أَنْتُمْ مُسْلِمُونَ 

7.  أَنْتُنَّ Vous (trois et plus, mais féminin) أَنْتُنَّ مُسْلِمَاتٌ

8.  هُوَ lui هُوَ مُسْلِمٌ 9.  هِيَ elle هِيَ مُسْلِمَةٌ 

10.                    هُمَا elles (deux personnes masculin ou fémin ou mixte) هُمَا مُسْلِمانِ، هُمَا مُسْلِمَتَيْنِ  11.                    هُمْ eux  هُمْ مُسْلِمُونَ 12.                    هُنَّ elles (féminin) هُنَّ مُسْلِمَاتٌ 

Un commentaire »

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Aumônerie 5ème de soisy / s... |
Romane à Quimper |
Salem alikoum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Josue
| Passion Templiers
| AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08